Le prêtre français enlevé au Cameroun hébergeait des Nigérians chrétiens

Le prêtre français Georges Vandenbeusch, âgé de 42 ans, enlevé dans le nord du Cameroun, hébergeait des chrétiens nigérians qui avaient trouvé refuge au Cameroun, selon un responsable local.

Les informations tombent au compte goutte concernant l’enlèvement au nord-Cameroun du prêtre français Georges Vandenbeusch, âgé de 42 ans. Selon une autorité locale de la région, qui s’est confié à Afrik.com, le prêtre français hébergeait des chrétiens nigérians, qui avaient fui leur pays pour se réfugier au Cameroun. Or, le groupe terroriste Nigérian Boko Haram serait à l’origine de l’enlèvement. Il y aurait-il donc un lien entre son rapt et son hospitalité offert aux réfugiés nigérians ?

De son côté, le Quai d’Orsay, qui a immédiatement réagi après l’annonce du rapt, a rappelé que cette « zone était formellement déconseillée du fait du risque terroriste et du risque d’enlèvement ». Surtout depuis que la famille Moulin-fournier avait été enlevée dans le nord du Cameroun en février dernier par le groupe terroristes Boko Haram avant d’être libéré en avril.

Le prêtre français Georges Vandenbeusch s’était, lui, rendu au Cameroun en septembre 2011. « Je suis au Cameroun dans le diocèse de Maroua depuis septembre dernier, dans une paroisse de brousse, de montagnes, qui comprend trois petites villes », confiait-il à un journal de l’église catholique en France. « Après une première année, j’ai l’impression d’avoir encore tant à découvrir ! Mes progrès attendus dans leur langue, le Maffa, devrait me permettre d’avancer, avait-t-il raconté. C’est comme une vaste retraite ! Je mesure bien la grâce qui m’est faite de pouvoir être témoin de la vie du Christ dans les cœurs de ces chrétiens d’ailleurs. Je suis pressé d’y retourner ! »