Le nigerian Samuel Peter entre dans l’histoire de la boxe mondiale

La victoire de Samuel Peter devant Oleg Maskaev pour la ceinture WBC (World Boxing Council) de la catégorie des poids lourds à l’issue d’un combat organisé à Cancun, au Mexique, a encore une fois inscrit le nom du Nigeria dans les annales de la boxe mondiale.

Le premier à avoir réussi cet exploit fut Hogan ‘Kid’ Bassey, le gaucher originaire du sud-est du Nigeria, qui a inscrit le Nigeria au palmarès de la boxe professionnelle après la quasi- destruction du boxeur français, Cherif Hamia, le 24 juin 1957.

Pourtant, c’est Hamia qui avait dans un premier temps, pris l’ascendant sur Bassey, dont le visage était tout ensanglanté. Il a fallu l’intervention de sa femme qui lui a crié ‘Bassey, n’oublie pas ton gauche », pour que le petit boxeur africain au cœur de lion atomise son adversaire qu’il affrontait pour la couronne mondiale des poids plumes.

En effet, réagissant aux cris de sa femme, Bassey a laissé parler la dynamite qu’il avait dans son poing gauche. Le Nigérian qui était au bord du KO, puisa dans ses dernières réserves pour envoyer son adversaire au tapis et inscrire ainsi son nom, celui de son pays et du continent africain dans le livre d’or de l’histoire de la boxe mondiale.

Plus tard, le 23 octobre 1962, un autre Nigérian (Dick Ihetu Tiger), également originaire du Sud-est du pays, devait aussi s’illustrer.

Tiger avait surclassé l’Américain Gene Fullmer au bout des 158 rounds d’un combat qui comptait pour le titre mondial des poids moyens.

Les deux pugilistes ont permis au Nigeria de gagner le respect de la communauté du monde de la boxe et du comité des nations de 1957, alors qu’il n’avait pas encore obtenu son indépendance.

Depuis lors, les titres dans la boxe professionnelle sont devenus une sorte de mirage, une situation révélatrice d’un dysfonctionnement dans l’organisation de la boxe amateur au Nigeria, qui devait servir de terreau à l’émergence de nouvelles vedettes de la boxe professionnelle.

Même si le Nigeria a enregistré de bons résultats dans les compétitions olympiques et africaines ainsi qu’au niveau du Commonwealth, Bassey et Tiger n’avaient pas connu de successeurs.

Pourtant, l’avènement de boxeurs amateurs de qualité comme Isaac Ikhuoria, Fatai Ayinla, Nojeem Maiyegun et Obisia Nwankpa avait suscité de grands espoirs, mais ces derniers n’ont jamais pu s’imposer au niveau professionnel.

Après une longue pause, l’arrivée de Peter dans le monde de la boxe professionnelle devait donner aux Nigérians l’occasion de s’intéresser de nouveau à la boxe.

De la présidence au parlement, en passant à l’homme de la rue, la victoire obtenue le 5 octobre 2007 par Peter sur Jameel McCline, qui avait remplacé Maskaev blessé, a occupé une place importante dans les débats au niveau du pays.

Lors de sa visite l’année dernière au Nigeria, Peter et toute la délégation qui l’accompagnait, notamment le légendaire doyen des promoteurs américains, Don King, avaient été reçus avec faste par le président Umaru Yar’Adua au palais présidentiel d’Aso Rock, dans la capitale Abuja.

Le Conseil de Contrôle de la Boxe nigériane moribond était soudain revenu à la vie et les pages sportives des journaux nigérians n’en avaient plus que pour Peter et le récit de ses exploits.

Le fait qu’il évolue dans la catégorie reine des poids lourds donne à ses résultats encore plus de prestige, cette catégorie étant considérée comme la plus rémunératrice, les douze rounds de trois minutes chacun pouvant rapporter à un boxeur des gains de 10 millions de dollars en une seule soirée.

Chaque Nigérian souhaite à Peter de devenir aussi populaire et aussi riche que le légendaire Muhammad Ali, Larry Holmes et Mike Tyson, des poids lourds qui ont gagné des centaines et des centaines de millions de dollars, en plus de la gloire.

Pour Peter, 27 ans, sa victoire sur Oleg Maskaev, obtenue dans la nuit de samedi à dimanche, à Cancun, au Mexique, est comme la cerise sur le gâteau, étant donné qu’il a tout l’avenir qui s’ouvre devant lui.

Le boxeur nigérian, qui est basé à Las Vegas, aux Etats-Unis, devrait être le prochain adversaire de Vitali Klitschko, avant un éventuel combat contre Wladimir, le frère de Klitschko, qui a réussi le mois dernier à réunifier les titres IBF (International Boxing Federation) et WBO (World Boxing Organisation) en prenant le meilleur sur Sultan Ibragimov.

Peter a déclaré à l’issue de son combat de samedi “Je suis le meilleur poids lourd du monde. Je suis le champion inconstesté. Je peux battre n’importe qui. Ils vont tous aller au tapis.”

Les Nigérians souhaitent que ses prédictions se réalisent, car ces victoires lui permettront sans le moindre doute de s’enrichir et de permettre au Nigeria d’obtenir le respect international qu’il mérite.

L’un des aspects positifs du succès de Peter est l’intérêt renouvelé des citoyens pour la boxe professionnelle, le combat ayant été diffusé en direct par la télévision nationale.

Même les « voyous », dans la rue, pensent à canaliser leur énergie vers la boxe, au lieu de se livrer à des vices qui pourraient leur causer des ennuis avec les autorités.

Il se peut qu’à la suite de la victoire de Peter, les vendredis soirs de boxe renaissent dans le pays, en particulier à Lagos.