Le Niger veut diversifier ses partenaires dans la lutte contre le terrorisme


Lecture 2 min.
Mohamed Bazoum, Président du Niger
Le Président du Niger, Mohamed Bazoum

Les autorités nigériennes n’excluent pas de créer de nouveaux partenariats dans le cadre de la lutte contre le terrorisme qui gagne du terrain dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Le Niger a ouvert un débat sur la présence de forces étrangères sur son sol dans le cadre de la longue et âpre lutte contre la menace djihadiste. Le Parlement nigérien a abrité les travaux, ce vendredi 22 avril 2022. Occasion pour le Premier ministre nigérien, Ouhoumoudou Mahamadou, à préciser que « nouer de nouveaux partenariats ne remet nullement en cause notre souveraineté sur le territoire national ».

Face aux 166 parlementaires, le chef du gouvernement a affirmé que le Niger est quasiment encerclé par les groupes armés terroristes. Tenant compte des « controverses » autour de la présence des forces alliées, notamment la France et les Etats-Unis, « le gouvernement a proposé un texte » stipulant, de façon non équivoque « l’ouverture de notre pays à conclure des alliances » pour faire face aux djihadistes, a, selon l’AFP, indiqué M. Ouhoumoudou.

A lire : Niger : opération coup de poing de l’Armée contre les terroristes

Le chef du gouvernement a indiqué que de « nouvelles implantations de forces spéciales étrangères seront créées plus près des théâtres d’opération, notamment près du Mali, avec des règles d’engagement qui feront l’objet d’accords conformes aux dispositions constitutionnelles et légales de notre pays ». Un député de la majorité a averti que « le Niger seul ne peut mener cette guerre », et d’ajouter : « la recherche des partenaires s’impose nécessairement et nous avons fait notre choix, celui de la France ».

Le Premier ministre s’est dit conscient que le retrait en cours de la force française Barkhane et ses alliés de Takuba en froid avec Bamako va aggraver la situation sécuritaire le long des 800 km de frontière entre le Niger et le Mali. En plus des forces spéciales étrangères de la France et des Etats-Unis, le Niger s’est dit prêt à en accueillir d’autres pour mieux sécuriser le pays et faire face à la menace djihadiste. Notons que ce pays a récemment été pointé du doigt par les autorités maliennes suite à des attaques à Ménaka.

En effet, des assauts répétés contre le Mouvement pour le salut de l’Azawad, déclenchés depuis le 8 mars dernier avaient, selon Bamako, été planifiées depuis le Niger. Ces attaques avaient coûté la vie à des dizaines de combattants de MSA ainsi que des civils. Il aura fallu une intervention des Forces armées maliennes, appuyées par l’aviation, pour mettre un terme à ces assauts meurtriers.

A lire : Niger : attaque meurtrière contre la police à la frontière avec le Burkina Faso

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter