Le Niger tourne le dos à l’UE et reçoit une délégation russe


Lecture 3 min.
Abdourahmane Tiani, président de la Transition du Niger
Abdourahmane Tiani, président de la Transition du Niger

Une délégation russe est arrivée, hier lundi, au Niger, au moment où Niamey a annoncé avoir mis fin à deux missions de sécurité et de défense de l’Union européenne.

La junte nigérienne au pouvoir a annoncé mettre fin à deux missions de sécurité de l’Union européenne dans le pays. L’annonce a été faite, lundi soir, par le ministère nigérien des Affaires étrangères issu du coup d’État de juillet. Dans la même soirée, une délégation russe conduite par le vice-ministre de la Défense a été reçue, à Niamey, par les autorités militaires.

Après avoir exigé et obtenu le départ des forces françaises du Niger, la junte au pouvoir noue de nouvelles alliances. Les anciens alliés du Président déchu, Mohamed Bazoum, sont tous écartés, aujourd’hui, outre des voisins en Afrique de l’Ouest, c’est la Russie qui charme Niamey. C’est dans ce contexte que le Niger a accueilli une délégation russe à Niamey.

EUCAP Sahel Niger et EUMPM : la fin

Dans la foulée, le ministère nigérien des Affaires étrangères a annoncé la dénonciation de l’accord passé par l’État du Niger avec l’Union européenne. Lequel est relatif à la mission civile européenne « EUCAP Sahel Niger », active depuis 2012. Basée à Niamey, cette mission avait pour but de soutenir les forces de sécurité intérieure, les autorités nigériennes ainsi que les acteurs non-gouvernementaux.

Dans le même temps, Niamey a annoncé le retrait par l’État du Niger du consentement accordé pour le déploiement d’une mission de partenariat militaire de l’UE au Niger. Nommée « EUMPM », cette mission a été lancée au mois de février, à la demande des autorités nigériennes. L’objectif étant de soutenir le pays dans sa lutte contre les groupes armés terroristes.

Abdourahamane Tiani reçoit le colonel-général russe

Alors que la junte annonçait cette batterie de mesure contre l’UE, elle recevait une délégation russe. Celle-ci était conduite par le vice-ministre de la Défense, venu à Niamey pour échanger avec les autorités militaires. Il s’agit de la première visite officielle d’un membre du gouvernement russe au Niger, depuis le coup d’État du 26 juillet.

Le colonel-général Yunus-bek Yevkurov a été reçue par le président de la Transition nigérienne, le général Abdourahamane Tiani. Les deux hommes ont conclu des accords signés dans le cadre du renforcement de leur coopération militaire. Une démarche qui rappelle celle du Mali et du Burkina Faso voisins. D’ailleurs, le chef de la junte nigérienne a récemment effectué une visite dans ces deux pays.

Niger, Burkina Faso et Mali sur la même lancée

Le Niger, le Burkina Faso et le Mali, trois pays voisins, qui suivent la même trajectoire. C’est dans cette logique que les trois pays ont annoncé la décision de mutualiser leurs forces, en septembre. En effet, le Niger, le Burkina et le Mali avaient annoncé la création de l’Alliance des États du Sahel. L’objectif étant de renforcer leur coopération dans divers domaine, surtout militaire.

D’ailleurs samedi, le Niger et le Burkina ont annoncé leur départ de l’organisation G5 Sahel. Celle-ci avait pour mission de lutter contre le terrorisme. Une décision qui intervient un an après celle du Mali. Aujourd’hui, il ne reste que la Mauritanie et le Tchad dans cette organisation dont le financement est en grande partie assuré par l’Union européenne.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter