Après le Mali, le Burkina Faso et le Niger quittent la Force G5 Sahel


Lecture 4 min.
Un soldat du G5 Sahel
Un soldat du G5 Sahel

Le Burkina Faso et le Niger ont annoncé leur retrait de l’organisation anti-djihadiste G5 Sahel. L’annonce a été faite, hier samedi, dans un communiqué conjoint de Niamey et Ouagadougou.

Le Burkina Faso et le Niger ont décidé de suivre les pas du Mali, leur voisin en Afrique de l’Ouest. Ces deux pays ont décidé de claquer la porte du G5 Sahel, à vocation de lutter contre l’avancée djihadiste dans la région. Il ne reste donc plus que deux pays dans cette entente militaire contre les djihadistes. Il s’agit notamment de la Mauritanie et du Tchad. La survie de cette force est dès lors hypothéquée.

Retrait du Burkina et du Niger, « en toute souveraineté »

Créée en 2014, l’organisation était composée du Burkina, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad. Sauf que trois pays, gouvernés par des régimes militaires arrivés au pouvoir par des coups d’État, ont claqué la porte. Hier, ce sont deux pays, le Burkina Faso et le Niger qui ont quitté la coalition armée. Ce, après le départ du Mali sous la présidence d’Assimi Goïta, arrivé au pouvoir par un coup d’État.

Ces deux pays ont décidé « en toute souveraineté du retrait du Burkina Faso et du Niger de l’ensemble des instances et organes du G5 Sahel, y compris la Force conjointe ». C’est l’annonce faite par les deux pays, dans un communiqué. Non sans préciser que cette décision a pris effet, à compter du 29 novembre. Les dirigeants burkinabè et nigérien ont toutefois justifié leur décision commune de retrait.

« Violation d’une décision prise par l’Institution »

Le Mali avait pris la décision de se retirer du G5 Sahel suite à la non-tenue de la 8ème session ordinaire, en février 2022. Date qui, rappelait Bamako, devait consacrer « le début de la présidence malienne » du G5 Sahel. Le 15 mai, le colonel Abdoulaye Maiga, porte-parole du gouvernement, montait au créneau. Selon lui, la non-tenue de la 8ème session ordinaire en février est une « violation d’une décision prise par l’Institution, mais aussi celle des textes de base du G5 Sahel ».

Pour Maïga, la non-tenue de cette session « déduit une perte d’autonomie de décision, une instrumentalisation et un dysfonctionnement grave des organes » du G5 Sahel. Une situation « fondamentalement contraire aux intérêts de cette communauté dont le mandat est de mutualiser les moyens pour garantir des conditions de développement et de sécurité dans l’espace des pays membres », déplorait Bamako. La Mali y voyait une certaine manœuvre visant à l’isoler.

« Le G5 Sahel ne saurait servir les intérêts étrangers »

Aujourd’hui, c’est au tour de Niamey et Ouagadougou. Pour eux, « l’organisation peine à atteindre ses objectifs. Pire, les ambitions légitimes de nos États, à faire de l’espace du G5 Sahel une zone de sécurité et de développement sont contrariées par des lourdeurs institutionnelles, des pesanteurs d’un autre âge qui achèvent de nous convaincre que la voie de l’indépendance et de la dignité sur laquelle nous sommes aujourd’hui engagés, est contraire à la participation au G5 Sahel dans sa forme actuelle ».

Le Niger et le Burkina estiment que « le G5 Sahel ne saurait servir les intérêts étrangers au détriment de ceux des peuples du Sahel, encore moins accepter le diktat de quelque puissance que ce soit au nom d’un partenariat dévoyé et infantilisant qui nie le droit à la souveraineté de nos peuples et de nos États ». Pour les deux pays, la décision de quitter le G5 Sahel relève d’une responsabilité historique.

Des relations très tendues avec la France

Cette annonce intervient alors que les régimes militaires du Mali, du Niger et du Burkina se sont récemment rapprochés. D’ailleurs, les trois pays ont formé l’Alliance des États du Sahel pour coaliser leurs forces. Ce, pour faire face et à l’avancée djihadiste, mais aussi aux sanctions internationales. Ces trois pays, minés par les violences djihadistes, entretiennent des relations très tendues avec la France.

Vendredi, ils ont convenu de la création d’une confédération, avec pour ambition de parvenir, à terme, à une fédération. L’annonce intervient après la visite, il y a quelques jours, du chef du régime militaire au Niger. Le général Abdourahamane Tiani a rencontré ses homologues à la tête des régimes militaires malien et burkinabè. Ce, pour ses premières visites à l’international, depuis le coup d’État à Niamey, en juillet.

Avatar photo
Une plume qui balance entre le Sénégal et le Mali, deux voisins en Afrique de l’Ouest qui ont des liens économiques étroits
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter