Le Maroc perd ses touristes

Le Maroc subit de plein fouet les conséquences des attentats du 11 septembre contre les Etats-Unis. Le secteur touristique prévoit près de 30 000 annulations de voyage en 2002.

Les chiffres sont éloquents : 28 900 annulations de voyage prévues pour 2002 suite aux attentats qui ont frappé les Etats-Unis. Le Maroc, principale destination africaine des touristes occidentaux, en pâtit. Interview de M. Tijani, directeur de la promotion au ministère du Tourisme.

Afrik : Est-il vrai qu’une cellule de crise a été mise en place au ministère du Tourisme depuis les événements du 11 septembre ?

M. Tijani : Il ne s’agit pas véritablement d’une cellule de crise, mais plutôt d’une cellule de suivi que le ministère a effectivement mis en place, il y a une dizaine de jours. Les gens qui s’en occupent sont chargés de suivre les fluctuations au niveau du tourisme et de l’hôtellerie. En gros, ils nous permettent d’avoir une photographie exacte de la situation telle qu’elle évolue chaque jour. Mais cela dit, personne ne s’étonne et ne doit s’étonner que cette tragédie ait des conséquences sur le tourisme. Et cela est valable pour tous les pays, pas uniquement pour le Maroc.

Afrik : La presse avance le chiffre de 30 000 annulations de voyage au Maroc pour 2002 mais l’Office du tourisme parle de statistiques fantaisistes…

M. Tijani : Je ne pense pas que l’on puisse qualifier ces chiffres de  » fantaisistes « . Au contraire, je peux même dire qu’ils sont fiables à 95%. Ils proviennent de la fédération nationale des agents de voyages marocains, des industries hôtelières et des délégations régionales. Mais ce qu’il faut dire c’est que les annulations ont été très nombreuses les quatre premiers jours après les attentats. Cela s’est calmé les jours suivants, et on parle à présent plus de report de voyage que d’annulation pure et simple. A cause de la réticence générale des gens à prendre l’avion, ils mettent un peu plus de temps à se décider pour un voyage.

Afrik : Qui est le plus touché par ces annulations ?

M. Tijani : En fait, deux catégories principales pâtissent de cette situation. Ce sont les établissements hôteliers et les initiatives de congrès et voyages d’affaires. Mais encore une fois, il faut relativiser. Ce n’est pas spécifique au Maroc. Par exemple, je viens d’apprendre que le congrès des agents de voyages américains qui devait réunir 6 000 personnes et qui devait avoir lieu à Séville vient d’être annulé. Il aura finalement lieu à New York, par solidarité. Ceci pour vous dire que les annulations sont dues au contexte international actuel, et pas seulement au fait que le Maroc est un pays arabe ou musulman.

Afrik : Parmi toutes les annulations, pouvez vous dégager une tendance par pays ?

M. Tijani : Oui et cela a été assez net. Bien évidemment, les Américains et les Canadiens ont annulé leurs voyages dès le lendemain de la catastrophe. Ensuite, ce sont les Britanniques et ils continuent de la faire. Par contre, le marché touristique avec les Allemands et les Européens en général, ne se porte pas trop mal. Quant au marché français, il ne nous donne aucune inquiétude.

Afrik : Alors, optimiste pour les prochains jours ?

M. Tijani : Disons que nous n’avons pas encore atteint la côte d’alerte. Mais nous sommes en attente de ce qui se passera au niveau international les jours prochains.