Le Maroc aurait accordé un site à une base militaire américaine

L’économiste français, Michel Rogalski, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) a révélé ce jeudi à Dakar, à l’occasion d’un colloque international sur les relations entre l’Europe et l’Afrique, qu’un accord serait intervenu tout récemment entre les Etats-Unis et le Maroc pour l’installation du 6ème commandement régional militaire américain (AFRICOM) dans le sud du royaume chérifien.

« Après avoir longtemps cherché un pays d’accueil pour son siège et essuyé plusieurs refus dont ceux de l’Algérie, du Nigeria et de l’Afrique du Sud, il semble qu’un accord a été trouvé avec le Maroc qui accorderait à l’AFRICOM une base dans le sud du pays », a déclaré M. Rogalski, précisant que l’information datait déjà « de quelques jours ».

M. Rogalski donnait une communication sur le thème « Afrique/Etats- Unis : une relation singulière », dans le cadre d’un colloque international organisé par la Fondation Gabriel Péri, présidée par le sénateur français, Robert Hue, et le Parti pour l’indépendance et le travail (PIT) du Sénégal, et dont le thème principal est « l’Afrique et l’Europe dans la nouvelle géopolitique mondiale ».

Selon le chercheur de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) du CNRS, de grosses interrogations entourent les effectifs de l’AFRICOM et ses missions, mais dit-il cependant, « il est présenté comme une innovation institutionnelle civilo-militaire, car il sera co-géré avec des civils du département d’Etat américain et des agences d’aide économique ».

Le 6ème commandement régional militaire américain (AFRICOM) qui est actuellement basé à Stuttgart en Allemagne et qui sera transféré donc dans le sud du Maroc, à en croire M. Rogalski, disposerait d’un « budget de 50 milliards de dollars et deviendra le point de passage obligé de la relation entre l’Afrique et les Etats-Unis avec une compétence extra-militaire affirmée ».

L’installation de l’AFRICOM au Maroc ne serait pas un fait nouveau, car le royaume alaouite avait déjà autorisé en 1983 les Etats-Unis à édifier une base aérienne à Ben Jarir (environ 60 km de Marrakech), selon Rogalski.

Pour l’économiste français, l’Afrique représente pour Washington un intérêt non négligeable.

« Dans dix ans, 25% du pétrole importé par les Etats-Unis viendra d’Afrique, contre 18% actuellement, dépassant déjà les quantités de pétrole importées du Moyen-Orient estimées à 17% », a-t-il affirmé.

Lire aussi :
Africom : les Américains ont débarqué en Afrique