Le jazz fun et moderne de Nick Bresco !

Originaire de la Croatie, Nick Bresco, installé à Paris depuis 2014, est un auteur, compositeur, et excellent contrebassiste. Sa voix de velours, profonde, se marie aisément aux sonorités de jazz mêlées à la pop et au funk. Découvert par la plateforme Kowok, qui révèle les talents méconnus du grand public, il prépare actuellement son premier album solo après avoir roulé sa bosse dans de nombreuses tournées. Rencontre.

« C’est le plus fun des jazzman ! », est-on tenté de dire lorsqu’on aborde Nick Bresco pour la première fois. Tant il est décontracté, sirotant tranquillement son thé. Arborant un élégant chapeau noir, mariée à une chemise près du corps, le colosse, très imposant par sa forte corpulence, originaire de la Croatie, est installé à Paris depuis 2014. Une ville dont il est tombé amoureux. Il ne s’en cache d’ailleurs jamais. « J’adore Paris, c’est une ville magnifique, l’une des plus belles au monde pour moi », dit-il en souriant dans un français encore un peu approximatif, même s’il a fait d’énormes progrès depuis son arrivée. Découvert par la plateforme Kowok, qui révèle les talents méconnus du grand public, Nick est un jazzman rodé. L’auteur-compositeur-interprète, qui a réussi à faire un succulent mélange entre le jazz, la pop et le funk, est aussi un excellent contrebassiste. Sur scène, il est d’ailleurs impressionnant par sa maîtrise de cet énorme instrument, dont les sonorités, qui donnent beaucoup de groove à sa musique, ne font qu’un avec sa voix de velours puissante.

Il faut dire que la musique chez lui est avant tout une histoire de famille. Son père, qui était aussi chanteur et contrebassiste, est un artiste très connu qui a dépassé les frontières de l’ex-Yougoslavie, en Europe de l’est. « J’ai baigné dans la musique depuis mon enfance, explique-t-il. J’ai en effet commencé à apprendre du violon dès l’âge de cinq ans à l’école de musique de Dubrovnik, située à quelques kilomètres de la maison familiale ». Mais il abandonne tout peu à peu pour se tourner vers la contrebasse. « Je voulais suivre les traces de mon père et mon goût pour les influences jazz, pop et funk ». Après avoir partagé son adolescence entre les études et la scène du café jazz familial, il obtient son diplôme de fin d’études à l’académie de musique de Lovran, en Croatie. En 2009, il fonde un groupe avec son frère. Ils sortiront trois albums dans les style pop et soul.

A la séparation du groupe, il se lance dans une carrière solo en tant que chanteur-contrebassiste avant de s’installer à Paris, en 2014. Il participe ainsi à la comédie musicale Broadway au théâtre Adyar où il interprète des grands standards jazz, repris aussi par Franck Sinatra. Depuis, il enchaîne les scènes parisiennes dans le cadre de festivals, de concours notamment. Nick Bresco, un des artistes phares de Kowok, a déjà participé à de nombreux concerts organisés par la plateforme qui révèle les talents méconnus du grand public.

Désormais, la priorité du jazzman est de s’auto-produire pour permettre la sortie de son premier album solo. « J’y chante des thèmes tels que l’amour, la liberté qui me tiennent beaucoup à cœur », affirme-t-il. En attendant, il continue de se promener le temps d’une pause dans les rues de Paris, pour s’adonner à la photographie, sa deuxième passion.