Le gouvernement gabonais va négocier pour éviter les grèves

Le gouvernement gabonais a décidé vendredi d’opter pour des négociations avec les syndicats en grève ou menaçant d’observer un arrêt du travail. Il réagit ainsi au mouvement d’humeur des enseignants et à la menace des travailleurs du secteur pétrolier de déclencher une grève illimitée dimanche.

S’agissant de la grève de certains enseignants réunis au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’Education (CONASYSED), le Premier ministre Jean Eyeghe Ndong, a invité ce vendredi les dirigeants syndicaux à une réunion, exhortant les grévistes à suspendre leur mouvement.

La CONASYSED réclame l’harmonisation des salaires des agents recrutés avant et après 1991, ainsi que la régularisation de la situation administrative des agents du secteur de l’Education.

Il a rappelé qu’ « après plusieurs rencontres avec les membres de la CONASYSED, il a été procédé au paiement par anticipation des rappels d’un montant de 2,5 milliards de FCFA, au renforcement des capacités du Guichet unique en personnel et en matériel (…) ».

Le gouvernement déplore, à ce titre, dans un communiqué de presse, le fait que « malgré les efforts consentis pour la satisfaction des deux préalables cités ci-dessus, les enseignants syndiqués au sein de la CONASYSED s’obstinent à poursuivre leur mouvement de grève ».

Quant à l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP), ses leaders avaient boycotté, jeudi, l’ouverture des négociations avec le gouvernement, dénonçant « les promesses non tenues et l’absence de volonté du gouvernement de trouver une solution définitive avec les syndicalistes du secteur pétrolier ».

Le gouvernement prend les devants

Face à cette situation, le communiqué du Conseil des ministres publié ce vendredi a rappelé que « conformément aux décisions arrêtées le 1er avril 2008 à la présidence de la République, relatives à la fin de la grève de Shell-Gabon, des dix points arrêtés d’un commun accord, seuls deux restent en instance d’application ».

Il s’agit de la prise en charge des agents syndicaux pendant leurs mandats et la prime conventionnelle des employés de Shell-Gabon.

Le communiqué final du Conseil des ministres souligne en outre que « s’agissant des autres préalables, une circulaire relative à la mise à disposition du personnel ayant une ancienneté de plus de 2 ans dans les entreprises est en cours d’élaboration et sera soumise incessamment aux opérateurs économiques ».

L’ONEP a durcit le ton ce vendredi et menace toujours d’entrer en grève dimanche à partir de 00 heure.

Le Conseil des ministres a demandé au gouverneur de la province de l’Ogooué où est basée l’ONEP, d’ouvrir ce vendredi après-midi les négociations avec l’organisation syndicale.

On rappelle que la grève organisée par l’ONEP en mars dernier et qui s’était étendue sur un mois, avait occasionné à Shell-Gabon, principal opérateur pétrolier dans la ville de Gamba (Sud-Ouest) des pertes journalières de 4 à 5 milliards de FCFA. Les pertes cumulées n’avaient pas été communiquées.

Lire aussi:

Gabon : le système éducatif paralysé par la grève des enseignants