Le cinéma marocain en panoramique

Le  » Panorama du cinéma marocain  » rassemble neuf longs-métrages datant de 1970 à 2000, avec plusieurs inédits. Rendez-vous au cinéma Le Quartier Latin, au coeur de Paris, du 7 au 20 mars prochains.

Huit fictions, un docu-fiction, trois inédits, deux films sortis il y a 25 et 30 ans, quatre films sortis entre 1994 et 2000. Voilà le programme du  » Panorama du cinéma marocain  » qu’accueille le cinéma parisien Le Quartier Latin du 7 au 20 mars prochain.

Parmi les neuf longs-métrages proposés, la programmation est inégale.  » La prière de l’absent  » de Hamid Benani (1998) est la première adaptation d’un livre de Tahar Ben Jelloun. Le film, sorte de Rohmer à la marocaine, n’arrive malheureusement pas à susciter chez le spectateur l’émotion ressentie à la lecture du livre. Le scénario se perd en considérations mystiques et l’on a du mal à suivre le jeune Mokthar dans les dédales de son âme tourmentée. Les acteurs sont engoncés dans leurs rôles et l’ensemble est passablement ennuyeux avec une pointe de kitsch – ah ! Cette musique !

Remonter le temps

Les huit autres films sont des fictions qui permettent de remonter le temps. Quatre films datent des années 70 :  » Alyam-Alyam  » de Ahmed El Maânouni (1978 – inédit),  » Assarab  » (Le Mirage) de Ahmed Bouanani (1979 – inédit),  » Wechma  » de Hamid Benani (1970) et  » El Chergui ou le silence violent  » de Moumen Smihi (1975). Loin d’être démodés, ils permettent au contraire d’appréhender le Maroc dans la continuité de son Histoire.

Bonne nouvelle : ce panorama vous donnera la possibilité d’aller voir l’excellent documentaire/fiction de Fatima Jebli Ouzzani,  » Dans la maison de mon père « . Pour le reste, vous pourrez découvrir  » Les Casablancais  » d’Abdelkader Lagtaa (1999),  » Femmes et femmes  » de Saâd Chraïbi (1999) et  » Chroniques marocaines  » de Mounen Smihi (1994-1999).

Le Quartier Latin

9, rue Champolion

75005 Paris – France

00 33 1 43 26 84 65.