Le candidat de l’opposition en passe d’être élu président au Kenya

Le leader de l’opposition kényane, Raila Odinga, semble renforcer son avance dans le cadre du scrutin présidentiel, avec les résultats provisoires de ce samedi qui lui donnent 3,7 millions de voix face à son adversaire, le président sortant Mwai Kibaki, qui le talonne de près avec 3,4 millions de voix.

Le président de la Commission électorale du Kenya (ECK), Samuel Kivuitu, a annoncé les résultats provisoires de 159 circonscriptions, ce qui représente près des deux tiers du suffrage exprimé lors de l’élection présidentielle de jeudi.

« Cette situation n’est pas satisfaisante », a déclaré M. Kivuitu lors d’une conférence de presse en présence de leaders de partis, de diplomates et d’observateurs électoraux étrangers, tandis que l’opposition a déploré le fait que ces retards pourraient affecter les résultats définitifs du vote.

M. Kivuitu, qui a toute la confiance des observateurs pour sa gestion efficace des élections de 2002 et du référendum de 2005 sur un projet de constitution pour le Kenya, a déclaré que ses tentatives de joindre les responsables des bureaux de vote pour obtenir tous les résultats de l’élection présidentielle s’étaient révélées vaines.

« Quand nous appelons à ces endroits, nous tombons sur des téléphones éteints. Je suis sûr que ceux qui retardent la proclamation des résultats ne savent pas ce que veut dire être un fuyard. Ce n’est pas un terme très reluisant », a-t-il ajouté.

La violence s’invite aux élections

La commission électorale se prépare à proclamer tous les résultats dans quelques heures, indique-t-on, après que la plupart des bulletins des 51 zones électorales qui n’avaient pas été dépouillés, commencent à arriver.

La régle constitutionnelle du « cinq sur huit » du Kenya stipule qu’un candidat présidentiel doit remporter la majorité des voix en plus d’au moins 25% des voix dans cinq des huit provinces pour être déclaré vainqueur. Avec les tendances actuelles, Kibaki et Odinga en ont, tous deux, la possibilité, mais, l’opposition a déjà invité le président Kibaki à reconnaître sa défaite.

Pour le compte du scrutin législatif, le Mouvement démocratique orange (MDO) a remporté la plupart des sièges à l’Assemblée nationale, soit plus d’une centaine de sièges sur les 210 du Parlement.

Attisées par des accusations de fraude de part et d’autre, des scènes de violence et de pillages ont ensanglanté le pays. Six personnes ont été tuées, alors que les observateurs internationaux avaient qualifié jeudi les opérations de vote de généralement paisibles.

Il y avait 14,2 millions de Kényans inscrits pour voter aux élections générales de cette année, mais les résultats publiés jusqu’ici ne portent que sur un total de 7,5 millions de voix.

Lire aussi :
Elections au Kenya : Kibaki et Odinga se disputent le pouvoir