La tuberculose, « une maladie d’origine humaine »

Selon une étude scientifique, la tuberculose est une maladie qui a migré d’Afrique avec l’homme. Les nouvelles conclusions de cette étude démontrent que la maladie est née il y a plus de 70 000 ans, en Afrique.

La bactérie de la tuberculose a été souvent associée à des origines animalières. Le bacille était à l’origine une maladie animale transmise à l’homme il y a 10 000 ans, disait-on. Un credo sur lequel revient aujourd’hui l’étude réalisée par une équipe internationale dont l’Espagnol Iñaki Comas (Centre for Public Health Research, Valence) et le Suisse Sébastien Gagneux (Institut tropical et de santé publique suisse, Swiss TPH). L’une des maladies infectieuses les plus répandues dans le monde – un tiers de la population mondiale actuelle l’a déjà contracté – et aussi l’une des plus meurtrière remonterait aux origines de l’humanité, en Afrique.

Des preuves irréfutables

Les nouvelles conclusions relayées par la BBC, stipulent que la tuberculose est née il y a plus de 70 000 ans en Afrique. Il y a des preuves documentaires qui prouvent que la tuberculose était déjà présente à plusieurs moments et lieux, des milliers d’années auparavant. D’après les mêmes documentaires cités par l’étude, c’est la tuberculose qui aurait tué les parents du célèbre pharaon Toutankhamon, Akhenaton et Nefertiti. Les études poussées par les chercheurs du Swiss Tropical and Public Health Institute prouvent des origines datant de 50 000 autres années en arrière. Une période caractérisée par les nombreuses migrations humaines hors d’Afrique.

Une mycobactérie très répandue

« L’augmentation de densité de la population humaine au cours de la période néolithique » serait en grande partie la cause du développement de la maladie, selon les chercheurs. « L’évolution de l’homme et celle du bacille de la tuberculose présentent une similitude frappante », ajoute M. Gagneux dans un communiqué fait par Swiss TPH. « Les migrations de l’homme moderne, de ses changements de mode de vie ont créé des conditions favorables à l’évolution d’une maladie de plus en plus meurtrière », évoque le communiqué. La tuberculose est la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde après le sida.
Une autre étude génétique publiée dans Nature Genetics réconforte cette théorie. Et d’après les chercheurs de la Harvard Medical School (USA), certains gènes ont joué un grand rôle dans la régulation des parois cellulaires de la bactérie, par là où les antibiotiques s’attaquent au bacille. Les scientifiques ont alors déduit que « le phénomène de résistance était bien plus complexe que prévu ».
La publication de cette étude démontre non seulement que la tuberculose est une maladie développée par le corps humain contre l’homme, mais aussi de la montée en puissance des souches résistantes de la maladie.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 8,7 millions de personnes ont développé la tuberculose en 2011, faisant 1,4 millions de victimes. Les pays les plus pauvres étant aussi les plus menacés par la bactérie.