La restauration des forêts : un besoin urgent pour l’Afrique

La dégradation des forêts a été l’un des faits marquants de ces dernières décennies. L’Asie du Su-Est, l’Amérique du Sud, l’Amérique centrale et l’Afrique sont les zones les plus touchées, mais également les zones où la restauration des forêts est encore possible. Selon une étude, 170 000 millions d’hectares de forêts sont prévus pour être restaurés d’ici 2030.

Le professeur Robin Chazdou du département de l’écologie et de la biologie évolutive de l’Université de Connecticut aux États-Unis affirme que la restauration des forêts contribue à prévenir l’extinction des espèces, à atténuer les changements climatiques et à améliorer la sécurité en eau. Selon toujours le professeur, cette restauration est urgente pour atteindre ces objectifs. Par ailleurs, ce projet est à la fois réalisable et bénéfique.

Les chercheurs qui ont réalisé les études pour cette restauration des forêts ont identifié sept zones cruciales pour réaliser ce projet. Six de ces zones sont des pays d’Afrique : le Rwanda, le Burundi, le Sud-Soudan, l’Ouganda, le Togo et Madagascar.

Cette étude a montré que la restauration des forêts tropicales dans ces points névralgiques aura des impacts énormes sur le système climatique mondial et présente des avantages considérables pour les pays tropicaux. Sur ce dernier point, le professeur Robin Chazdou a affirmé que dans de nombreuses régions d’Afrique, la biodiversité présente de nombreux avantages. Elle est source de médicaments, de matériaux de construction ainsi que d’eau. Elle est également une des principales sources de nourriture en période de sécheresse.

Les décideurs des états des pays d’Afrique et spécifiquement de ces pays où la restauration des forêts est un besoin urgent doivent prêter plus d’attention à ce projet. D’autant plus que c’est surtout les pays en développement qui subissent en premier les effets néfastes de la déforestation, rien qu’en parlant des effets du changement climatique.

Lire aussi : La Côte d’Ivoire met en place un plan d’action pour soutenir le cacao et lutter contre la déforestation