La liberté de la presse dans la tourmente des révoltes arabes

liberte-presse2photo.jpg

Les journalistes risquent toujours dans plusieurs pays d’Afrique assassinat, brimades, et la censure. Les exactions à leur encontre, durant le printemps arabe, ont été particulièrement nombreuses. A l’occasion de la journée internationale de la presse, Afrik.com fait le point.

A l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse, Reporters sans frontières (RSF) dans son rapport 2011 a sorti le carton rouge contre 38 chefs d’Etat ou chefs de guerre qu’elle désigne comme « les prédateurs des médias ». Dans certains pays d’Afrique, la liberté de la presse ne connait toujours aucune évolution positive.

Les journalistes ont été particulièrement malmenés lors du printemps arabe où RSF dénonce des « tentatives de manipulation de correspondants étrangers, arrestations et détentions arbitraires, expulsions, interdictions d’accès, intimidations, menaces. » En Libye « le travail d’obstruction de l’information, selon l’organisation a été jusqu’au meurtre, comme dans le cas de Mohamed Al-Nabous, tué le 19 mars par un sniper à Benghazi ».

Les photojournalistes ont payé le plus lourd tribut. Les Britannique Tim Hetherington et Américain Chris Hondros ont péri sous un tir de mortier, à Misrata, ville située à l’ouest du pays, le mois dernier. « On a dénombré en Libye plus d’une trentaine de cas de détention arbitraire et tout autant d’expulsions de correspondants étrangers », relève RSF. De même, lors de la révolte populaire qui a eu raison du président tunisien déchu Zine Ben Ali le 14 janvier, le photojournaliste franco-allemand Lucas Melbrouk Dolega est décédé après avoir été touché par les forces de sécurité tunisiennes à Tunis. Mais depuis le renversement de l’ancien dictateur, les médias s’essayent à leur toute nouvelle liberté.

Un pas en avant pour l’Algérie

L’aspiration à la liberté dans le monde arabe a profondément chamboulé les régimes dictatoriaux qui, auparavant, s’estimaient indestructibles. Pourtant des têtes sont tombées, et la crainte de l’effet boule de neige est palpable dans d’autres pays. En Algérie, le président Abdelaziz Bouteflika s’est attelé pour mener une série de réformes concernant les médias. Il a adressé mardi un message à la communauté des journalistes nationaux à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse où il leur a rendu hommage. Il a salué « les précurseurs qui ont offert leurs talents et leur jeunesse pour l’éclosion d’une presse nationale engagée résolument dans la reconstruction de l’Etat national. » Il a notamment prévu de mettre en place « sous peu une large opération de formation et de perfectionnement des journalistes et intervenants dans les métiers de la communication en s’appuyant sur l’expertise nationale et étrangère. »

Dans un communiqué publié lundi par le Conseil des ministres, le chef d’Etat a chargé son gouvernement de « lancer en concertation avec les média, l’élaboration d’un projet de loi organique sur l’information », selon un communiqué du Conseil des ministres lundi. « En plus des nouvelles garanties juridiques sur la liberté de la presse que cette future loi consolidera, nous travaillerons à une modernisation de l’espace médiatique », a-t-il ajouté, promettant la mise en place d’une commission indépendante d’experts nationaux. Elle aura pour objectif selon lui, « de proposer les voies et les moyens d’améliorer le paysage audiovisuel, de promouvoir la communication par le biais des nouvelles technologies de l’information et d’identifier les domaines à travers lesquels l’aide publique contribuera à l’épanouissement de la presse écrite », a-t-il précisé. Il a également annoncé l’instauration d’une autorité de régulation des médias une fois la nouvelle loi sur l’information promulguée. Il a assuré que celle-ci aura pour mission de « veiller au respect des principes consacrés par la liberté d’expression. » Il a également promis de dépénaliser le délit de presse qui pouvait mener à la prison qu’il avait lui-même introduit en 2001.

La presse toujours brimée dans certains pays d’Afrique noire

La presse est toujours muselée dans certains Etats d’Afrique noire. RSF désigne six pays où il est particulièrement dangereux pour les journalistes de travailler : la Gambie, la Guinée équatoriale, l’Erythrée, la Somalie, le Swaziland, et le Zimbabwe.

En Gambie l’affaire non résolue Deyda Hydara, un ancien correspondant de l’AFP et directeur du trihebdomadaire The Point, abattu dans la rue en 2004, fait toujours polémique entre la presse indépendante et le régime. En mars 2011, Yahya Jammeh a nié, une nouvelle fois, être impliqué dans la mort du journaliste et affirmé qu’il ne « sacrifiera pas la paix et la sécurité de la Gambie sur l’autel de la liberté d’expression ». L’Union de la presse gambienne avait adressé en 2009 une lettre au chef d’Etat lui demandant de reconnaitre la responsabilité du régime dans cet assassinat. La presse en Guinée Equatoriale n’est pas mieux lotie. Le pays ne présente ni syndicat ni association des journalistes et la presse indépendante est limitée à quelques titres. Fin 2009 le chef d’Etat Teodoro Obiang Nguema a été réélu avec près de 96,7% des voix, au terme d’une élection présidentielle que plusieurs médias internationaux, comme le quotidien espagnol El Pais, ont été empêchés de couvrir. La radio nationale le présente toujours comme « le Dieu de la Guinée Equatoriale »…

Depuis dix ans, les libertés sont « officiellement suspendues » dans la République d’Erythrée ou le président Issaias Afeworki règne sans partage après que des voix se soit élevées au sein du parti unique pour réclamer plus de démocratie. La presse indépendante n’existe pas, seuls les médias d’Etat qui suivent la ligne éditoriale du pouvoir subsistent. Les journalistes sont directement pris pour cible dans les conflits qui minent la Somalie depuis plusieurs années. Douze d’entre eux ont été tués depuis 2009 par des milices islamistes.

La situation ne s’améliore guère au Zimbabwe où le président Robert Mugabe brime la presse indépendante. En 2008, lors des élections électorales où son gouvernement a rencontré des difficultés, des rédacteurs en chef ont été placés sous surveillance électronique afin de mesurer leur fidélité au pouvoir. De même, au Swanland, le régime du roi Mswati III ne laisse aucun répit à la presse qui a la tête sous l’eau depuis des décennies. La presse publique diffuse uniquement des informations contrôlées et validées par le ministère de l’Information. L’autocensure est omniprésente et la critique du pouvoir interdite. En 2009, deux éditorialistes, Mfomfo Nkambule du Times of Swaziland, seul journal privé du pays, et Mario Masuku de Times Sunday, ont été contraints d’abandonner leur colonne sous la contrainte du gouvernement. Le mois dernier, plusieurs journalistes ont été interpellés alors qu’ils couvraient des manifestations appelant au départ du roi.

Lire aussi :

[Journaliste en Afrique : un métier à risques

 >http://www.afrik.com/article19645.html]

[Liberté de la presse : quatre pays africains supplantent la France

 >http://www.afrik.com/article17830.html]