La banque Al-Barakaat blanchie

Les Etats-Unis ont demandé aux Nations Unies de retirer le nom de la banque somalienne Al-Barakaat de la liste des organisations soutenant Al Qaïda, le réseau terroriste d’Oussama Ben Laden. Une décision qui augure la reprise des transferts financiers entre les expatriés et leurs familles restées au pays.

Le nom de la banque somalienne Al-Barakaat va disparaître de la liste du Conseil de sécurité de l’Onu concernant les organisations liées à Al Qaïda, le mouvement terroriste d’Oussama Ben Laden. L’administration Bush – qui avait décidé de geler les avoirs de la banque aux Etats-Unis et de fermer son bureau local à Mogadiscio en novembre dernier – a demandé mardi aux Nations Unis de rayer de ses tablettes celle qu’elle surnommait  » l’intendant de la terreur « . Une réhabilitation qui annonce la reprise des transferts financiers opérés par les Somaliens de la diaspora. Une bouffée d’oxygène pour l’économie nationale.

Avec la banque Al-Barakaat, ce sont trois noms de personnes et deux d’institutions financières (Aaran money service inc et la Global service international USA), qui vont quitter la liste noire des Etats-Unis. Chacun aurait  » démontré ne pas avoir su qu’il avait servi à financer le terrorisme et qu’il n’avait aucun lien avec lui « , explique le sous-secrétaire américain au trésor Jimmy Gurule.

Soulagement

La banque, pierre angulaire du transfert de fonds en Somalie, avait vu en novembre 2001 l’arrêt brutal de toutes ses activités avec les Etats-Unis et les pays du golfe, suite aux accusations de collaboration avec le maître d’oeuvre saoudien des attentats du 11 septembre. Malgré la décision d’ouvrir ses comptes à une enquête internationale pour prouver son innocence. De nombreux Somaliens, dépendants de l’aide financière envoyée par leurs parents émigrés, s’étaient ainsi vus couper les vivres.

Tout devrait bientôt rentrer dans l’ordre. D’autant que le Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud)a lancé en avril dernier un programme de formalisation et de légalisation du système de transfert d’argent pour assainir et améliorer les procédures au sein de Al-Barakaat. La banque est en passe d’acquérir une nouvelle légitimité. Un renouveau salutaire pour tous.

Lire également

Barakaat, banque sur la sellette.