L’Union Africaine plaide pour un siège permanent au G20

Macky Sall, lors d'un Forum sur la Paix et la Sécurité
Le Président du Sénégal, Macky Sall

L’Union Africaine a lancé un appel aux dirigeants du G20 pour que l’Afrique obtienne au sein de l’institution un statut de membre permanent. Ouvert mardi, le 17ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du G20 porte sur le thème « Se redresser ensemble, se redresser plus fort ».

L’occasion du sommet en cours à Bali a été saisie par le Président sénégalais, Macky Sall, pour réitérer son appel en direction des dirigeants du G20. Ouvert mardi 15 novembre 2022, en Indonésie, le Sommet qui regroupe les 19 pays les plus industrialisés du monde et l’Union Européenne, prend fin ce mercredi. Le président en exercice de l’Union Africaine a participé à la session 1 du Sommet portant sur la « Sécurité Alimentaire et Énergie » en tant qu’invité.

« Je voudrais souligner que dans ce renouveau du multilatéralisme auquel nous nous sommes engagé à Bali, l’Afrique reste un partenaire incontournable sur la scène internationale », a déclaré le dirigeant sénégalais. Macky Sall a insisté que le continent africain aura « une population estimée à près de 2,5 milliards d’individus d’ici 2050 ». Un facteur clé qu’il faudra bien prendre en compte.

« Rétablir en priorité les chaînes mondiales d’approvisionnement alimentaires »

L’Afrique est « la 8ème puissance économique par son PIB, possède plus de 60% des terres arables », rappelle-t-il. « Elle peut par conséquent nourrir une juste ambition d’être intégrée comme un membre permanent au Forum du G20. Et j’aimerai inviter mes pairs à y procéder », a poursuivi le chef de l’Etat sénégalais. « Nos économies sont plus vulnérables parce que trop dépendantes de l’extérieur », déplore le dirigeant.

Estimant que l’Afrique n’a « pas assez d’espace budgétaire pour amortir ces chocs », Macky Sall a relevé que « l’urgence d’une augmentation croissante des risques de famine auxquels sont exposées plus de 2,2 millions de personnes dans le Sahel nous recommande de rétablir en priorité les chaînes mondiales d’approvisionnement alimentaires afin de les rendre plus durables, justes, inclusives et résilientes ».

Le président de l’UA a en outre évoqué la nécessité de la réallocation des droits de tirages spéciaux non-utilisés et un assouplissement de leurs conditions d’éligibilité. Selon lui, cela permettra de mieux accompagner les efforts africains. Pour M. Sall, « le paradoxe d’une Afrique aux immenses potentialités agricoles, forestières et hydriques, souvent confrontée à des pénuries alimentaires doit être résolu ».

Lire : L’Union Africaine plaide pour l’accès de la production locale de vaccins aux plateformes mondiales de distribution