L’UFC boude le gouvernement togolais

Le Secrétaire général de l’Union des forces de changement (UFC, opposition), Jean-Pierre Fabre, a déclaré ce mardi que son parti « n’a aucun intérêt » à participer au gouvernement du Togo, après la nomination d’un membre du parti au pouvoir, le Rassemblement du peuple togoalais (RPT) au poste de Premier ministre.

Lomé, Togo

« L’UFC n’est ni déçue, ni surprise que le Premier ministre soit désigné au sein du parti au pouvoir », a assuré mardi Jean-Pierre Fabre, le Secrétaire général de l’Union des forces de changement (UFC, opposition). « Cette nomination est conforme à ce à quoi on s’attendait depuis la proclamation des résultats des législatives. Le RPT prétend avoir gagné les élections, donc il lui revient de nommer un Premier ministre en son sein », a-t-il déclaré à la PANA, réagissant à la nomination, lundi, du nouveau Premier ministre, Komlan Mally.

Plus de gouvernement d’union ?

M. Fabre a ajouté que l’UFC n’était pas du tout étonnée que le Premier ministre n’ait pas été désigné en son sein. « Notre parti a toujours été exclu. Vous avez vu ce qui s’est aussi passé pour la formation du Bureau du Parlement », a-t-il expliqué, en faisant allusion au fait que le RPT a raflé tous les postes du bureau de l’Assemblée nationale.

« Si vous voulez mon avis personnel, je pense que l’UFC ne voit pas d’intérêt à participer à ce gouvernement », a-t-il tranché, répondant à la question de savoir si l’UFC participerait au futur gouvernement. Les Togolais s’attendaient pourtant au contraire, après que le leader du parti, Gilchrist Olympio, a rencontré au lendemain des législatives du 14 octobre le président Faure Gnassingbé, lequel promettait de former un gouvernement d’union.

Le parti de l’UFC, rappelle-t-on, n’a jamais participé à un gouvernement au Togo. Pour la première fois, la formation a participé cette année à des élections législatives, obtenant 27 sièges au Parlement, contre 50 pour le RPT et 4 pour le Comité d’action pour le renouveau (CAR) du Premier ministre sortant, Me Yawovi Agboyibo.