L’essence de la rumba congolaise

La pochette de l'album

De la rumba congolaise comme nous n’en avions pas entendu depuis longtemps. Le groupe Kékélé, nous montre avec force toute la fougue et le talent de l’ancienne école. Une bouffée d’air frais dans la production congolaise actuelle. Un cadeau pour les mélomanes. Et pour tous les autres.

Si « la mode est au retour de l’ancien », comme l’a si bien fait remarquer Sam Mangwana à l’occasion de la sortie de son magnifique album Cantos de esperança, le groupe Kékélé devrait très bientôt occuper le devant de la scène. Kékélé ou la rencontre d’anciens de la musique congolaise, réunis pour un album rumba de toute beauté. A l’image de la chatoyante pochette du disque, Congo life exhale une fraîcheur et une richesse sans pareille et s’impose comme une des bonnes surprises de la rentrée.

Syram Mbenza, Bumba Massa, Loko Massengo et Wuta-Mayi. Une guitare et trois voix pour un nom à retenir : Kékélé (la liane en lingala). Au milieu du brouhaha et du formatage de la musique congolaise actuelle, le groupe tranche avec une production acoustique finement ciselée où le rythme est roi. Ambiance rétro mâtinée d’afro-cubain, le disque est un hommage vibrant à la musique d’autrefois. Comme en témoigne, notamment le clin d’œil au grand Franco, avec « Souvenirs Ok-Jazz ». « Congo life » n’est pas un album vieillot pour autant. Au contraire. Résolument contemporain, il prouve que la qualité et le talent restent des valeurs indémodables.

Alchimie musicale

Au centre de l’album, une alchimie guitare/voix a su trouver la bonne formule. Et nous saluerons ici l’énorme travail de Syram Mbenza, à la guitare, qui parvient à lui seul à structurer la base rythmique de l’ensemble des morceaux. Il entraîne avec lui cuivres, claves et congas pour préparer un terreau mélodique où viennent s’enraciner les voix des solistes et des chœurs. Tout semble fluide. Chacun trouve sa place sans avoir l’air de la chercher. Apanage des vrais musiciens qui sentent par expérience le groove ambiant et s’attachent à sceller l’harmonie de l’instant.

Congo Life séduira non seulement les amoureux de la musique congolaise, mais aussi tous les autres. Véritable opus transculturel, il jette un pont entre l’Afrique et l’Occident et il ne serait pas étonnant qu’il devienne demain un des fleurons de la World Music. Dommage que le livret explicatif sur l’origine du groupe ne soit qu’en Anglais. Une barrière de la langue qui ne gâchera pourtant pas le plaisir d’écouter un album (presque) parfait.

Kékélé, Congo Life, Syllart production, Next Music distribution, 2003

Pour commander le disque

Lire aussi :

 Mangwana 1er