L’engagement personnel de Joe Biden en faveur du climat à la COP27


Lecture 2 min.
Le Président des Etats-Unis, Joe Biden
Le Président des Etats-Unis, Joe Biden

Le Président des Etats-Unis, Joe Biden, prend part à la COP27 qui se tient à Sharm El Sheikh, en Egypte. L’occasion pour le dirigeant américain d’évoquer son engagement personnel en faveur du climat.

Les travaux de la COP27 ont été lancés depuis le 6 novembre, en Egypte. A son entame, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a lancé une alerte. La lutte pour le climat est « une question de vie ou de mort, pour notre sécurité aujourd’hui et pour notre survie demain », a dit Guterres. Non sans insister que la conférence doit « poser les fondations pour une action climatique plus rapide et plus courageuse, maintenant et pendant cette décennie qui décidera si le combat pour le climat est gagné ou perdu ».

Il faut noter qu’un des grands invités de cette 27ème Conférence sur le climat est le Président américain, Joe Biden. Selon la Maison Blanche, le dirigeant « parlera de son engagement personnel à s’attaquer à la crise climatique ». Le communiqué du département d’Etat américain poursuit que Joe Biden soulignera en outre « certains progrès réalisé par les Etats-Unis en Amérique et dans le monde entier, en faveur du climat ».

Joe Biden : « Aider les communautés les plus vulnérables »

La Présidence américaine a en outre indiqué que l’opportunité de cette COP27 sera saisie par Biden pour « souligner la nécessité d’aller plus loin, plus vite, pour aider les communautés les plus vulnérables à renforcer leur résilience ». Sans, précise Washington, « perdre de vue la nécessité pour le monde et en particulier pour les grandes économies de réduire radicalement leurs émissions au cours de cette décennie décisive ».

Lire : COP27 : 2400 milliards par an pour l’action climatique des pays du Sud

Mardi 8 novembre, un rapport commandé par la présidence de la COP a été rendu public. La conclusion faisait état d’un besoin de 2400 milliards de dollars annuels d’ici 2030 pour espérer « réduire les émissions, renforcer la résilience, faire face aux pertes et dommages causés par le changement climatique ». Des investissements qui participeront aussi à « restaurer les terres et la nature », dans les pays en développement compte non tenu de la Chine.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter