L’Australie pourrait offrir une aide financière au Zimbabwe

L’Australie pourrait être le premier pays occidental a fournir une aide financière au Zimbabwe a déclaré aujourd’hui son Ministre des Affaires étrangères, Stephen Smith. Un versement cependant conditionné à un aboutissement de l’enquête sur l’accident de voiture dont a été victime le Premier Ministre Morgan Tsvangirai et qui a coûté la vie à son épouse.

Par Alice Chimora

Mercredi, le ministre des Affaires étrangères Stephen Smith a déclaré que, « L’Australie fournira 10 millions de dollars pour aider le Premier ministre Morgan Tsvangirai et le soi-disant gouvernement d’unité du Zimbabwe à rétablir l’eau courante et les services de santé afin de soulager les souffrances du peuple zimbabwéen ». L’assistance de l’Australie au Zimbabwe, à ce jour, a été limitée à l’aide humanitaire, a-t-il ajouté.

L’Australie fournissait déjà de l’aide humanitaire au Zimbabwe par le biais des ONG mais pas de financement direct pour le gouvernement dirigé par le Président Robert Mugabe. Stephen Smith a dit que l’Australie reconnaissait qu’il y avait des risques sur la nouvelle politique mise en place par le Zimbabwe et ne se faisait « pas d’illusions quant à la fragilité de la situation politique ».

Les analystes politiques interrogés par Afrik.com considèrent que ce changement de position de l’Australie ne signifie nullement que les doutes sur la situation au Zimbabwe soient levés mais qu’il s’agit néanmoins d’une nouvelle inclinaison. « Certainement une première depuis le début de la crise et l’on peut anticiper que plusieurs pays qui refusaient de traiter avec le gouvernement Mugabe pourraient suivre, » nous a déclaré John Makumbe. « C’est une indication de la bonne volonté, ils sont prêts à élargir leur aide, à condition qu’il y ait un changement de direction, à de nombreux égards, du nouveau gouvernement « .

Au Zimbabwe, le nouveau gouvernement d’unité sera fortement tributaire des bailleurs de fonds occidentaux et les investisseurs sont nécessaires au sauvetage de l’économie qui est dans un état catastrophique avec un taux de chômage de 90%, l’hyperinflation et des pénuries pour la plupart des produits de base. Morgan Tsvangirai a indiqué que la reconstruction de l’économie pourrait coûter 5 milliards de dollars.

Mardi, le Fonds monétaire international a déclaré qu’il ne pouvait pas verser des fonds au Zimbabwe jusqu’à ce que les arriérés du pays aient été remboursés et qu’une politique économique responsable soit mise en place.

Stephen Smith a laissé entendre, ce même jour, que l’Australie pourrait changer sa politique à l’égard du Zimbabwe et aider le Premier ministre Tsvangirai à reconstruire son économie dévastée. Mais il a également dit qu’il devait y avoir une enquête approfondie sur l’accident de voiture qui a blessé Tsvangirai et tué sa femme, afin que toute suspicion sur une éventuelle tentative d’assassinat soit clarifiée. Une façon de lier l’aide financière au retour d’un état de droit.