L’arachide : Or du Sénégal

Poulet au mafé au Sénégal, sauce aux arachides Tiguadegue au Mali, sauce Inkatse-abè au Ghana, sauce Azindéssi au Togo , sauce Aziin nusunnu au Bénin, poulet moambe au Congo, rougail dakatine à La Réunion,… : l’arachide, ou cacahuète, fait partie de nombreux plats populaires – et délicieux ! – dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne.

De la même manière que la pomme de terre, si européenne aujourd’hui, est originaire d’Amérique latine, l’arachide – Arachis Hypogea à l’état-civil – vient d’Amérique latine: son nom est dérivé de « tlal cacahuatl », ou cacao de terre en langue nahuatl, qui est la langue des Aztèques, peuple originel du Mexique. Elle a été amenée en Afrique par les Portugais, au XVI° siècle, et a été rapidement adoptée par de nombreux pays, car la plante, très robuste, se satisfait de sols peu fertiles, et à la pluviométrie limitée. Elle est cultivée et consommée dans presque tous les pays subsahariens : le Nigéria, le Tchad et le Sénégal sont les trois premiers pays producteurs d’arachides du continent, mais elle est également fortement présente au Mali, en Guinée, au Cameroun, au Bénin, au Niger, en Afrique du Sud, au Malawi, au Mozambique,… Au Sénégal elle joue un rôle central dans l’agriculture et dans l’économie, et on estime qu’elle fait vivre un tiers de la population du pays : d’où son surnom de « Or du Sénégal ».

L’arachide est très riche en éléments nutritifs excellents pour la santé, et chaque poignée de cacahuètes apporte une dizaine de nutriments essentiels. Selon les variétés, elle contient 22 à 32% de protéines, 34 à 54% de lipides, et de nombreux sels minéraux et vitamines : calcium, potassium, phosphore, magnésium, vitamine E, etc. Sa teneur en acides gras essentiels est très proche de l’optimum prôné par les médecins nutritionnistes, notamment pour les acides gras mono-insaturés, qui font baisser le taux de cholestérol, et sont ainsi efficaces dans la prévention de l’athérosclérose. La vitamine E est connue pour être un puissant anti-oxydant, qui réduit les risques de maladies cardio-vasculaires, et le magnésium et les fibres jouent un rôle dans la prévention du diabète.

La médecine populaire antillaise utilisait l’arachide comme traitement antidiabétique, astringent, et aphrodisiaque : peut-être tout simplement parce que sa forte valeur énergétique – 560 calories pour 100 grammes – en fait un aliment naturellement reconstituant. Depuis quelques années, cette très forte valeur nutritive de l’arachide est utilisée pour lutter contre la malnutrition, par la distribution d’une pâte arachide spéciale, comme on l’a vu récemment dans les camps de réfugiés de Haïti après le tremblement de terre de janvier 2010.

Quelques recettes à base d’arachide :

 Poulet à la noix de coco et aux arachides (Gabon et RDC)

 Poulet mafé : spécialité du Sénégal

 Ragoût à la pâte d’arachide et aux épinards