L’appel des Français originaires d’Afrique à voter Ségolène Royal

Un appel des Français originaires d’Afrique, parents d’Africains, et des amis de l’Afrique en faveur de Ségolène Royal a été lancé publiquement, ce jeudi. A l’origine de cette initiative Fodé Sylla, ancien président de SOS-Racisme, député européen et actuellement membre du CES et porte-parole du PRG Seine-St Denis, Marie-Roger Biloa, éditorialiste, Meliane Ndiagne, du Comité Citoyen Senghor, Bassirou Dieng, co-fondateur de SOS-Rcisme et Waly Bodiang, syndicaliste. Une cinquantaine de personnes ont déjà signé l’appel.

« La France n’a économiquement pas besoin de l’Afrique », estime Nicolas Sarkozy, actuel candidat à la présidence de la République française. Cette déclaration, il est allé la faire l’an dernier au Mali, alors qu’il était ministre de l’Intérieur.

Ces propos qui ont causé beaucoup d’émoi chez les Africains n’ont pas semblé choquer grand monde en France où le discours politique s’est employé à dégrader considérablement l’image de l’Afrique et son rôle passé et présent dans la prospérité matérielle de la France.

Sur le plan politique et diplomatique, quel étrange paradoxe que de devoir demander au chef de file d’un parti se réclamant de l’héritage de De Gaulle, quelle serait la profondeur internationale de la France sans son ancien empire colonial? Quel est le rayonnement de la Francophonie sans l’Afrique ? Prétendre jeter par-dessus bord un continent aussi grand que l’Europe, les Etats-Unis, la Chine, l’Inde et l’Argentine réunis et comptant 900 millions d’âmes aux portes de la France n’est pas seulement une marque de mépris risible, c’est d’une cécité irresponsable. La France a toujours été plus qu’elle-même aux yeux du monde, parce qu’elle a su porter le flambeau de la liberté, de la fraternité et de l’égalité. Faire bon marché de ces valeurs fondatrices c’est rabaisser la France. Pire, c’est ne pas l’aimer. Nous, signataires de la présente, n’avons nullement l’intention d’abandonner la définition de l’identité française à ceux qui veulent l’appauvrir, voire la détruire en la momifiant.

Nous, Français d’origine africaine, parents d’Africains et/ou amis de l’Afrique à des titres divers, n’avons pas eu la parole pendant cette campagne électorale. Pourtant l’Afrique était au cœur du débat. Par la question de l’immigration, par la stigmatisation des jeunes des banlieues et tout spécialement ceux issus d’Afrique, par l’évocation de leur malaise social du aux injustices et aux discriminations raciales.

Les Français d’origine africaine, également stigmatisés collectivement, donc souvent pris en otage dans des discours provoquant des peurs et des rejets à des fins populistes et électoralistes, sont les liens naturels et inaliénables qui existent entre la France et l’Afrique. Leur forte participation dans les différents meetings, dans les équipes de campagne et par un vote massif aux élections présidentielles, démontrent, s’il en était besoin, leur attachement à la France et à ses valeurs démocratiques et humanistes, pleinement en phase avec les compatriotes français dans leur ensemble.

Ségolène Royal, la seule voix du changement

Pour toutes ces raisons, il nous apparaît clairement que Ségolène Royal est la seule à vouloir engager des changements en profondeur susceptibles de pacifier les situations explosives qui existent en France comme en Afrique. Segolène Royal est, en effet, la seule candidate à exprimer une vision nette de la nécessaire évolution des rapports franco-africains, vision qui apporte des réponses aux questions que se posent beaucoup d’hommes et de femmes en Afrique, et que se posent beaucoup de Franco- africains.et amis de l’Afrique en France.

Nous, Français d’origine africaine, parents d’Africains et/ou amis de l’Afrique, pensons, forts de notre double appartenance et/ou de notre préoccupation pour le sort du continent africain, pouvoir être utiles dans la mise en place d’une nouvelle politique de co-développement proposée la candidate socialiste. Il est temps d’appliquer ici aussi une politique du respect par le débat participatif.

Nous sommes tous concernés par la paupérisation scandaleuse du continent africain et de ses populations, qui jette à la mer et à la mort des milliers de jeunes Africains cherchant à survivre. La France se doit, la première, de rompre avec les logiques paternalistes et dominants-dominés qui régissent depuis si longtemps les rapports Nord -Sud.

Nous pensons qu’il est plus que temps, d’équilibrer les relations partenariales de la France avec l’ensemble des acteurs africains qui contribuent, au quotidien, à relever les défis du développement du continent. Nous sommes pour une France qui s’engage à lutter contre les injustices, qui veut agir pour la paix dans le monde et s’engager dans une politique de solidarité avec les pays du Sud.

Seule une politique audacieuse de justice, d’égalité et de respect des uns et des autres est susceptible de pacifier les conflits sociaux en France et d’harmoniser les rapports Nord-Sud.

Nous appelons, dès lors, à voter massivement, le dimanche 6 mai 2007 en faveur de Madame Ségolène Royal.

Les cinquante premiers signataires

1. Marie-Roger BILOA, présidente du Club Millenium
2. Fodé SYLLA, membre du Parti radical de gauche (PRG), membre du Conseil économique et social, président des amis du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), ancien député européen, ancien président de SOS Racisme
3. Waly BODIANG, syndicaliste, représentant d’artistes
4. Assiatou BAH DIALLO, éditorialiste
5. Pape NDIAYE, historien
6. TOURE KUNDA, groupe musical,
7. Francis LALOUPO, directeur de la rédaction de
Continental Magazine
8. Mamadou CONTE, Africafête
9. Emmanuel RUTIHUNZA, cadre supérieur
10. Ekebelle Ekalle Mbongo, entrepreneur
11. Christiane NJOYA, en quête d’emploi
12. Christian Kingué, cadre supérieur
13. Joel SANDOT, agent culturel
14. Francis KPATINDE, consultant international
15. Agnes DERELLE, consultante
16. Michel DERELLE, médecin
17. Angèle COMMUNIER-BIOUM, avocate au Barreau de Paris
18. Gilles BOULANGER, musicien
19. Etienne BILOA, étudiant en MBA
20. Désiré AMAN, consultant en marketing
[…]
23. Immaculée MALHERBE, commerçante
24. Jean-Marie MVONDO, réalisateur
25. Jhoyce OTTO, architecte
26. Marie-Claude CASTENDET, attachée de presse
27. André WAKSMAN, cineaste
28. Cécilia Rio, journaliste
29. Xavier Lazare, éducateur
30. Yves AUBAUD, chef de projet ONG
31. Méliane DIAGNE, présidente du Comité Citoyen Senghor
32. Diego, artiste peintre, co-fondateur de SOS-Racisme
33. Lamine CISSE, président Association A2D
34. Babacar MBAYE, journaliste anthropologue
35. Fode DIAGNE, syndicaliste, président Association Lille
36. Mamadi TOURE, Emmaüs France
37. Macodou NDIAYE, Universitaire, journaliste
38. Papa SECK, universitaire, enseignant
39. Alassane CISSE, bibliothécaire
40. Sana DIATTA, entrepreneur en transports
41. Ousmane DIENE, artiste peintre
42. Mama DIAKHOUMPA, chauffeur de taxi
43. Boubacar DIALLO, publicitaire
44. Maimouna DIAWARA-THOMAS, professeur d’anglais
45. Paul KOUYATE, professeur de math
46. Brice MONNOU, responsable ONG Femmes
47. JAHEL, artiste musicien
48. Ras NAYA, musicien
49. Coumba TRAORE, consultante
50. Georges ONDOA-BELINGA, professeur de math

Contact : mrbiloa@yahoo.fr