L’Allemagne annonce l’arrêt de la formation des soldats maliens


Lecture 2 min.
Instruction des soldats de l'EUTM
Instructeurs de l'EUTM

Les autorités allemandes ont annoncé l’arrêt de la formation dispensée aux soldats de l’armée malienne, dans le cadre de la mission de l’Union Européenne au Mali (EUTM).

La confusion s’amplifie au Mali où les nouvelles autorités ont ouvert plusieurs foyers de tension. Alors que Bamako s’active à expulser du Mali la force française Barkhane et ses alliés dans le cadre de l’opération Takuba, l’Allemagne annonce une mesure forte : celle de ne plus former les éléments de l’armée malienne.

Si les soldats maliens ne pourront plus bénéficier de l’expérience de leurs homologues allemands, dans le cadre de la mission de l’Union européenne au Mali (EUTM), Berlin soutient par contre que ses militaires restent disposés à contribuer à la mission de maintien de la paix des Nations Unies (MINUSMA). Mais les autorités allemandes posent des conditions.

Ce mercredi 4 mai 2022, après un Conseil des ministres tenu à Meseberg, près de Berlin, la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, a été on ne peut plus claire. «J’attends de l’ONU qu’elle crée les conditions nous permettant de continuer à participer à la MINUSMA. Nous sommes disposés à poursuivre notre mandat», a-t-elle dit avec fermeté. Auparavant, Berlin avait demandé à Bamako de rompre toute collaboration avec la Russie. Une fin de non recevoir avait été servie par les autorités maliennes.

A noter qu’à travers la France, les relations entre le Mali et l’Union Européenne et même les Etats-Unis se dégradent depuis un moment. Une rupture de confiance entre Bamako et Paris qui s’est traduite par des actes de plus en plus hostiles. En plus d’avoir prononcé l’expulsion de l’Ambassadeur de la France au Mali, Bamako a purement et simplement mis fin aux accords militaires avec l’Hexagone.

Auparavant, les nouvelles autorités maliennes, avec à leur tête le colonel Assimi Goïta, avaient validé la décision prise par le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, de procéder au retrait de la force française Barkhane et de ses alliés. Le dirigeant dénonçait entre autres, la présence des forces russes de Wagner. Pour Paris, il n’est pas question d’œuvrer à côté de mercenaires.

A lire : La Russie saisit l’ONU, Barkhane repousse la date de son retrait du Mali

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter