L’Algérie équipe ses grandes villes de tramways

Le président de l’Entreprise du Métro d’Alger a indiqué que l’Algérie compte investir la somme de 4,8 milliards d’euros pour aménager des lignes de tramways dans quatorze villes du pays.

Mardi 21 août, le PDG de l’Entreprise du Métro d’Alger (EMA), Aomar Hadbi, a indiqué que l’Algérie avait mobilisé plus de 447 milliards de dinars soit 4,8 milliards d’euros, pour doter quatorze grandes villes algériennes de tramways. Selon l’agence APS, Aomar Hadbi a fait savoir qu’ « une enveloppe financière de plus de 447 milliards de dinars est consacrée par l’Etat à la modernisation du transport public à travers l’introduction du tramway dans plusieurs grandes villes du pays ». Les habitants des villes de Sidi Bel Abbès, Mostaganem, Tlemcen et Bechar (dans l’Ouest du pays), Sétif, Annaba, Batna, Béjaïa, Biskra, Skikda, Tébessa et Ourgla (dans l’Est), ainsi que Blida et Djelfa (au centre) devraient ainsi bientôt pouvoir se déplacer en tramway.

Des projets qui s’ajoutent à ceux en cours

En dehors de la capitale, les travaux des projets de tramways à Constantine (à 413 km au sud-est d’Alger) et à Oran (à 435 km à l’ouest d’Alger), progressent rapidement. A Alger, deux tronçons de la première ligne de tramway, la « ligne Est », qui relie Bordj El Kiffan aux Fusillés viennent d’être mis en service. Pour désengorger la capitale et les grandes métropoles, l’Algérie a opté pour une politique de diversification des moyens de transport, notamment sur rail.

Le 31 octobre 2011, l’Algérie avait déjà inauguré dans la capitale, sa première ligne de métro longue de 9,5 km qui relie Haï el Badr (banlieue sud-est) à Tafourah-Grande poste (centre-ville).

Lire aussi :

 Maroc : une alliance franco-marocaine pour l’exploitation du Tramway de Casablanca

 Afrique du Sud : le Gautrain est en marche !

 Cameroun : la circulation de motos réglementée à Douala