L’Algérie arme le Polisario «pour mener la guerre au Sahara» contre le Maroc

Abdelmadjid Tebboune, Président d'Algérie
Le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune

L’Algérie aurait fourni un lot de matériels militaires au Front Polisario, au plus fort de la tension entre Rabat et Alger, alors que les soldats du Maroc affrontent régulièrement ceux du Sahara Occidental.

Que cherche l’Algérie en dotant en armement le Front Polisario ? Cette question mérite d’être posée avec le dernier acte attribué aux autorités algériennes. Il s’agit d’un don de matériel militaire qui aurait été fait par Alger au Front Polisario, «pour mener la guerre au Sahara».

C’est le journal espagnol La Razón qui a donné l’information, selon laquelle l’Algérie a livré au Front Polisario, qui n’est autre que la branche armée du Sahara Occidental, du matériel militaire, notamment des véhicules tout-terrain, «indispensables pour la guerre dans le désert».

Toujours selon le média, cette livraison algérienne de matériel militaire aux éléments du Polisario est intervenue après la nomination, comme nouveau chef de l’état-major de l’armée sahraouie, de Mohamed Wali Akeik, «un homme de confiance absolue de Brahim Ghali». Alors que les accrochages entre les forces armées royales et le Polisario sont fréquents.

A lire : Conflit au Sahara, l’Algérie évoque «une situation de guerre» entre le Maroc et le Polisario

Le journal espagnol va plus loin, précisant qu’«il s’agirait d’une réaction du régime algérien à la mort de trois de ses citoyens, des chauffeurs routiers, qu’il attribue à une action militaire du Maroc». Et La Razon, de pointer : «l’Algérie utilise le Polisario pour concrétiser les représailles qu’elle a annoncées dans son communiqué après la mort des chauffeurs».

«Il est frappant de voir à quelle vitesse Alger a incriminé Rabat pour l’attaque de ses citoyens, qui voyageaient à bord de deux camions, de la Mauritanie vers leur pays et qui, pour des raisons inconnues, se trouvaient dans une zone interdite aux civils et aux militaires», estime le média espagnol.

La Présidence algérienne avait en effet promis que «leur assassinat», imputée aux forces armées royales, «ne restera pas impuni». Après l’annonce de la mort des trois routiers algériens, l’armée algérienne est accusée d’avoir pointé des missiles en direction du Maroc. Sans tarder, le royaume a annoncé la commande d’anti-missiles. Signe d’une véritable escalade entre les deux pays voisins.

A lire : Sahara : le Polisario en « guerre » contre le Maroc