«L’Afrique fait son cinéma», le festival qui fait découvrir les films africains aux Champs Élysées

L'Afrique fait son cinéma (illustration : La femme du fossoyeur)
L'Afrique fait son cinéma (illustration : La femme du fossoyeur)

Le Festival «L’Afrique fait son cinéma» ouvrira ses portes le 30 septembre jusqu’au 8 octobre, au cinéma Lincoln, dans le 8ème arrondissement de Paris, aux Champs Élysées. C’est devenu un rendez-vous annuel que les habitants de Paris ne manquent jamais.

Fondé par le producteur et cinéaste d’origine camerounaise, Blaise Pascal Tanguy, le festival «L’Afrique fait son cinéma» a pris de l’ampleur, ces dernières années. L’objectif de l’évènement, qui en est à sa quatrième édition, est de faire connaître au public parisien l’Afrique, à travers le cinéma mais aussi de donner de la visibilité aux réalisateurs du continent souvent méconnus à l’international. Il s’agit de faire découvrir au public parisien le continent africain et la richesse de sa culture à travers le septième art. son fondateur en dit un peu plus à Afrik.com.

Entretien

Pour cette nouvelle édition, quelles seront les spécificités de «L’Afrique fait son cinéma» ? Les nouveautés, les surprises ?

L’Afrique fait son cinéma (Affiche)

Le partenariat conclu avec BFM TV nous a permis ensemble de mettre en place le Grand Prix BFM sur la diversité et l’inclusion. Ce prix récompensera un film tourné en Ile de France. Nous mettrons un accent particulier sur la jeunesse en créant une catégorie qui va récompenser les films d’école et surtout permettre aux étudiants de faire connaître au public parisien leur talent. Comme nouveauté, nous proposons plus de catégories notamment «Animation» et «Films d’école». Nous lançons aussi l’opération «Cinéma pour tous». Certains films sélectionnés et en compétition seront diffusés en simultanée dans plusieurs villes d’île de France en collaboration avec quelques Mairies. Pour les surprises, qui seront d’ailleurs très nombreuses, nous vous invitons à venir les découvrir lors du festival.

Quels sont les films, documentaires que le public pourra voir ?

Pour cette nouvelle édition, nous avons reçu de 48 pays, 985 films de fiction longs et courts métrages, documentaires, films d’écoles, séries tv et films d’animation. Au total 118 films toutes catégories confondues ont été sélectionnés après plus d’un mois de visionnage par une équipe de 12 professionnels rompus à la tâche. Par exemple, « La femme du fossoyeur » et « Les trois lascars », récompensés déjà dans plusieurs festivals internationaux feront partie de la sélection officielle. Vous pouvez consulter la liste des films sélectionnés en cliquant sur le lien suivant: https://afsc.fr/selection-officielle-2022/

Quel pays sera mis à l’honneur cette année ?

Pour cette année, le pays invité d’honneur sera la grande surprise que nous annoncerons peu avant la cérémonie d’ouverture.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le partenariat que vous avez avec la Mairie de Paris qui diffuse régulièrement des films sur l’Afrique… Quels sont vos objectifs à travers ce projet ?

Les «Afterworks du cinéma africain», c’est une soirée consacrée à la célébration du cinéma africain en particulier et de sa culture en général. Tous les troisièmes jeudis du mois, en collaboration avec la Mairie de Paris, le public parisien pourra aller découvrir le meilleur du cinéma africain et afro-caribéen dans une belle salle de cinéma offerte par la Mairie de Paris. Il y aura, juste après la projection, un échange entre le public et l’équipe du film, un débat sur la thématique du film, un cocktail dinatoire offert. L’objectif sera ici de rendre beaucoup plus accessible le cinéma africain au public francilien et également donner l’occasion aux cinéastes africains de faire découvrir leurs œuvres.

Lire : Assanatou Baldé : «Le film Un Paris d’Exil met en lumière le vécu intenable des migrants en France»