Installation de brigades anti-gangs : la peur change de camp au Maroc


Lecture 2 min.
Brigade anti-gangs
Un éléments de la Brigade anti-gangs

Les autorités marocaines sont en train de renverser la vapeur avec la multiplication des brigades anti-gangs. Comme leur nom l’indique, ces forces spéciales sont chargées de lutter contre la criminalité.

Après les villes de Safi, Dakhla et Temara, d’autres localités marocaines sont en train de prémunir contre les violences faites par les bandes organisées qui troublent le sommeil des habitants de ce pays d’Afrique du Nord. Casablanca, Tétouan, El Jadida et Nador ont aussi leur brigade, qui vient renforcer les forces déjà existantes de sécurisation des populations et de leurs biens. Ces équipes seront dans toutes les villes marocaines, afin d’assurer la forte demande publique de services de police.

C’est une traque sans relâche que mènent les éléments des brigades anti-gangs depuis leur mise en place. Leur action entre dans le cadre des efforts des services de sécurité nationale visant à renforcer les mécanismes de lutte contre la criminalité et renforcer le sentiment de sécurité, indique la DGSN. Ces nouvelles brigades vont accompagner le reste des services de sécurité nationale en charge de la prévention et de la lutte contre la criminalité.

Leur domaine d’intervention : la lutte contre les réseaux criminels et le trafic de stupéfiants et de substances psychotropes. De même, ces éléments vont traquer et mettre hors d’état de nuire des personnes recherchées. Selon le directeur général de la Sûreté nationale et de la Surveillance du territoire, Abdellatif Hammouchi, ces forces sont également chargées de mener des enquêtes criminelles.

Avatar photo
Je suis passionné de l’actualité autour des pays d’Afrique du Nord ainsi que leurs relations avec des États de l’Union Européenne.
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter