Ingérence au Kenya : la Grande-Bretagne répond à Afrik.com

Suite à l’article publié le samedi 2 mars 2013 intitulé « L’ingérence de la Grande-Bretagne dans l’élection présidentielle au Kenya », le ministère britannique des Affaires étrangères a tenu à exprimer un droit de réponse.

Droit de réponse du ministère britannique des Affaires étrangères suite à la publication sur Afrik.com, samedi 2 mars 2013, de l’article intitulé : « L’ingérence de la Grande-Bretagne dans l’élection présidentielle au Kenya ».

Dans cet article, nous mettions en exergue l’ingérence du Royaume-Uni dans les affaires internes d’une de ses anciennes colonies : le Kenya. Nous avons joint à cet article un document dit « confidentiel » dont Afrik.com s’était procuré une copie. Dans cette note, le Haut-Commissaire britannique au Kenya, Christian Turner, indique à William Hague, ministre britannique des Affaires étrangères (A.E.), et à Justine Greening, ministre du Développement régional, la marche à suivre pour mettre KO les candidats Uhuru Kenyatta, actuel vice-Premier ministre, et son colistier William Ruto, les deux favoris.

Aujourd’hui, par la voix de son chef du département Afrique de l’Est, et de son responsable presse, le ministère britannique des A.E. nie toute ingérence dans l’élection présidentielle au Kenya et indique que le document joint à l’article est un faux :

« The document published on Afrik.com purporting to be a British government document about the UK’s relationship with Kenya is a forgery and we disown it entirely. We were disappointed that Afrik.com published the document without checking its veracity with us first. We have always been clear that the decision on who to elect rests with the Kenyan people. The UK does not back any one candidate over another. »