Guinée : Rio Tinto s’attribue l’exploitation de la mine géante de Simandou

Le gouvernement guinéen a attribué l’exploitation du plus grand site de minerai de fer au monde, Simandou, au groupe minier anglo-américain Rio Tinto. L’annonce a été faite ce mardi. Elle vient couronner près de six ans de controverses.

Le groupe minier Rio Tinto a trouvé un accord avec les autorités guinéennes pour l’exploitation du plus grand site de minerai de fer au monde, Simandou, a annoncé le gouvernement de Guinée, ce mardi. L’entreprise BSG Resources (BSGR) du conglomérat du milliardaire franco-israélien, Beny Steinmetz, avait signé un contrat pour exploiter ce même site avec le précédent Président guinéen, Lansana Conté. Il avait été réexaminé par l’actuel chef de l’Etat Alpha Condé, dans un climat de corruption.

« Aujourd’hui est une étape importante dans le développement de cette mine de fer de première qualité, pour le bénéfice de tous les actionnaires et de la population guinéenne », a indiqué le PDG de Rio Tinto, Sam Walsh, dans un communiqué que rapporte l’AFP. Le Président guinée, Alpha Condé, a déclaré que la mise en service du site est « une priorité nationale qui va au-delà des mines et concerne les générations après la nôtre ».

Rio Tinto a porté plainte

L’exploitation de ce site a été retardée de plusieurs années, alors que le Président Lansana Conté, à la tête de la Guinée entre 1984 et 2008, l’avait d’abord été attribué a BSG Resources (BSGR). Cette entreprise appartient au conglomérat du milliardaire franco-israélien Beny Steinmetz. Il est accusé d’avoir versé des pots-de-vin de près de 3 millions de dollars US à la femme du Président Conté. Rio Tinto avait porté plainte aux Etats-Unis sur la manière dont les concessions lui avaient été retirées en 2008.

Le président de BSG, et homme le plus riche d’Israël, Beny Steinmetz, a été ciblé par une enquête pour tentative de corruption par le FBI et le bureau britannique des fraudes graves au sujet de ce contrat minier en Guinée.

Le coût total du projet de développement de l’exploitation de la mine sud de Simandou est estimé 20 milliards de dollars US. « Avec de la transparence et des accords équitables, notre secteur minier a le potentiel de changer la Guinée », a affirmé Alpha Condé.