Guinée : l’opposition appelle à manifester contre le pouvoir

Les leaders de l’opposition guinéenne réunis au sein du Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès ont entamé le jeudi 10 mai une série de manifestations dans la capitale, Conakry. Ils réclament un dialogue franc avec le professeur Alpha Condé sur la tenue d’élections législatives libres et transparentes.

(De notre correspondant)

Multiplier les manifestations pour contraindre le gouvernement à prendre en compte ses revendications, voilà ce à quoi l’opposition guinéenne veut désormais s’atteler. Cette opposition réclame entre autres, la recomposition des membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), ainsi que la démission de son président, Louncény Camara, la révision de la liste électorale au lieu d’un nouveau recensement comme l’envisagent les autorités.

« Les Guinéens doivent se mouvoir chaque fois que cela est nécessaire pour réclamer la démocratie totale dans notre pays. Nous avons demandé deux points qui sont vains et qui ne changent pas. Nous ne voulons pas de la Ceni telle qu’elle est. On ne l’accepte pas. Nous ne voulons pas de fichier électoral qui est fabriqué uniquement par Alpha et son gouvernement », a indiqué Sidya Touré, président de l’UFR, lors de la manifestation des leaders, jeudi 10 mai. Puis d’ajouter : « Nous n’allons pas replier avec ces deux conditions, parce que si nous organisons les élections sans les satisfaire, cela veut dire qu’il n’y aura jamais de stabilité dans notre pays. Et il n’y aura jamais de confiance ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Alors, mobilisons-nous. Restez mobilisés aujourd’hui, demain, après demain, jusqu’à la satisfaction de nos revendications », a-t-il martelé.

A son tour, le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, Cellou Dalein Diallo a affirmé en ces termes : « Je disais que les leaders politiques se sont exprimés. Alpha Condé et son gouvernement n’ont pas voulu nous écouter. Les partenaires techniques et financer se sont exprimés, Alpha Condé et son gouvernement n’ont pas voulu les écouter. La société civile et le réseau des femmes anciennes ministres et ambassadeurs se sont exprimés, on n’a pas voulu les écouter. Je crois qu’aujourd’hui, le peuple de Guinée s’est exprimé et j’espère qu’il va l’écouter. Parce que nul ne peut contester que la manifestation d’aujourd’hui dénote de l’expression de la volonté du peuple de Guinée dans sa diversité ».

Pour arriver à ses fins, l’opposition compte organiser des manifestations, des meetings de sensibilisation, des caravanes dans les villes de l’intérieur du pays, des journées villes mortes.

La manifestation tourne à l’affront

Le jeudi 10 mai, l’opposition appelle tous ses militants à une manifestation grandiose sur l’esplanade du stade du 28 septembre. Très tôt ce jour, des milliers de manifestants composés de jeunes, de femmes et de vieillards sont descendus dans les différentes artères de la capitale notamment sur la route Le « prince » pour répondre à l’appel de l’opposition. Ils arboraient des pancartes et des banderoles sur lesquelles, on pouvait lire : « A bas la Ceni », « Non aux élections truquées ». Certains scandaient des slogans hostiles au pouvoir, comme : « Alpha zéro ».

Après une longue parade avec les leaders, les manifestants ont fini par rallier le stade du 28 septembre. A deux reprises, des incidents ont eu lieu entre manifestants et forces de l’ordre, ce qui a causé de nombreux blessés de part et d’autre. Une cinquantaine de blessés dont un par balle du côté des opposants et une vingtaine du côté des forces de l’ordre, selon des sources officielles.

Œil pour œil, dent pour dent

Pour la mouvance présidentielle, trop c’est trop : « Nous demandons au président Alpha Condé de faire respecter la loi dans toute sa rigueur. Il y a des partis loubards dirigés par des leaders loubards. Ils pillent, cassent, brûlent et brisent. Les forces de sécurité n’en sont pour rien. Nous prenons l’opinion nationale et internationale, désormais jeunes de l’arc-en-ciel, si un jeune loubard dirigé par un leader loubard s’attaque à nous, nous allons le poursuivre jusque chez lui. Ils doivent savoir que la récréation est terminée. Le secrétaire général l’a dit, c’est dent pour dent, œil pour œil », a fait savoir le ministre de la Jeunesse, Bantama Sow et membre actif du parti au pouvoir, lors d’un meeting en réponse à la manifestation de l’opposition.

Lire aussi :

 Guinée : la cherté de la vie afflige de plus en plus le pays

 Guinée : Alpha Condé salue la victoire de François Hollande

 Mouctar Diallo : « Le gouvernement de Guinée ne veut pas d’élections libres »