Guerre dans le Kivu (RDC) : le dessous des cartes

MopoKobanda.jpg

Les combats s’étendent dans le Kivu, à l’est de la République Démocratique du Congo (RDC), entre les forces loyalistes et les rebelles du CNDP dirigés par Laurent Nkunda. L’Union Européenne et les dirigeants africains tentent, en vain, de trouver une sortie de crise politique à la situation qui inquiète chaque jour un peu plus les organisations humanitaires. Pourquoi le conflit ne trouve-t-il pas d’issue ? Analyses du chercheur congolais Jean-Paul Mopo Kobanda.

MopoKobanda.jpgLe souci des belligérants de s’enrichir, les liens entre Laurent Nkunda et le président rwandais Paul Kagamé, l’impuissance des Casques bleus, le rôle des puissances occidentales et de l’Angola… Jean-Paul Mopo Kobanda, juriste-chercheur à l’Université de Paris 1, auteur de plusieurs articles et ouvrages sur la géopolitique africaine dont Les crimes économiques dans les Grands Lacs africains (Editions Menaibuc, 2006), décrypte le conflit du Kivu.

Afrik.com : Dans votre livre, Les crimes économiques dans les Grands Lacs africain (Editions Menaibuc 2006), vous analysez la problématique de criminalisation de l’économie et les pillage des ressources naturelles en RDC. La situation actuelle est-elle toujours dominée par le souci des belligérants de s’enrichir ?

Jean-Paul Mopo Kobanda :
Evidemment. Les médias occidentaux ne soulignent pas assez cet aspect déterminant du conflit. S’il n’y avait pas autant d’enjeux économiques et financiers et d’immenses ressources naturelles à exploiter dans ce conflit, la résolution serait facile et les rébellions ne proliféreraient pas dans le pays. D’ailleurs, les revendications farfelues de Laurent Nkunda sur une soi-disant sécurité des Tutsis qui seraient menacés par les réfugiés Hutus rwandais en dit long sur les véritables motivations des conflits à répétitions dans l’Est. Si la présence des Hutus rwandais sur le sol congolais est une vraie problématique, l’argument tiré de la menace qu’ils représenteraient pour commettre autant d’exactions, viols et pillages est cynique. Nkunda et les forces rwandaises qui combattent à ses côtés savent où se trouvent les Hutus, mais ils préfèrent attaquer et tuer les civils dans des villes et villages de l’Est où il n’y a aucun Hutu rwandais. C’est ce que disait déjà le président rwandais Paul Kagame pour justifier l’agression de la RDC par son armée. Les militaires rwandais ont contrôlés tout le pays jusqu’à Kinshasa et se sont attelés plutôt à piller qu’à s’occuper des miliciens Hutus.

Afrik.com : Dans votre livre, vous évoquez l’implication des multinationales occidentales dans le conflit. C’est aussi le cas dans celui-ci ?

Jean-Paul Mopo Kobanda :
Oui, il y a des puissants intérêts politico-financiers derrière les acteurs de la guerre en RDC. Les multinationales jouent un rôle important dans la perpétuation du conflit. Si les ressources naturelles tirées de la guerre ne trouvaient pas aussi rapidement preneurs, elles ne susciteraient pas autant de vocation guerrière. Mais depuis la publication des noms des multinationales impliquées dans les crimes économiques par l’ONU dès 2003, ces dernières avancent désormais masquées. De nombreuses filiales des multinationales agissent officiellement dans le pays à travers des sociétés spécialisées par exemple dans les transports terrestres et aériens. Mais leurs activités réelles s’étendent évidemment à l’exploitation et au commerce des matières premières. D’autres agissent à travers des sociétés écrans qui font le boulot sur place aux côtés des forces protagonistes.
Il faut aussi souligner que Nkunda a par exemple derrière lui de puissants propriétaires terriens liés à la mafia politico-militaire qui agit dans la région et qui se savent illégitimes parce qu’ils ont acquis leurs biens en toute illégalité, profitant de la situation exceptionnelle de guerre. Le retour à la normale compliquerait la jouissance paisible de ces biens car l’Etat et les communautés expropriées voudront rentrer dans leur droit.

Afrik.com : Quel rôle joue l’antagonisme entre le gouvernement de Kabila et le Rwanda ?

Jean-Paul Mopo Kobanda :
Je ne sais pas si on peut parler d’antagonisme entre Kagamé et Kabila car si le premier affiche clairement son envie de contrôler l’Est de la RDC pour y trouver une solution à l’explosion démographique de son pays et se donne les moyens militaires de l’atteindre ; le second n’a pas une stratégie cohérente pour contrer ces visées. C’est pour ça que plus de cinq ans après la signature des accords de paix de Sun City en Afrique du Sud, qui a inauguré la période de transition et deux ans après son élection, Kabila n’a pas réussi à former une armée nationale capable de mâter les groupes rebelles opérant sur son territoire et d’assurer la sécurité nationale vis-à-vis des pays voisins.

Afrik.com : Mais Nkunda prétend n’avoir rien à voir avec le Rwanda…

Jean-Paul Mopo Kobanda :
Il n’a pas besoin de le dire. Nkunda dont le nom complet est Nkundabatuare, est un ancien officier de l’APR, armée patriotique rwandaise qui a combattu en 1994 aux côtés de Kagame et James Kabarere, l’actuel chef d’état-major général de l’armée rwandaise. Ils ont tous contribué à la prise du pouvoir de l’APR à Kigali avant de faire autant au sein de l’AFDL pour prendre le pouvoir à Kinshasa en chassant Mobutu. Quand il y a eu une discorde entre Laurent-Désiré Kabila et les Rwandais, Nkunda a pris position en faveur des Rwandais qui ont lancé une nouvelle rébellion pour tenter de renverser leur ancien allié Laurent-Désiré Kabila qui n’aurait pas respecté certaines clauses secrètes conclues durant la rébellion. Nkunda a un numéro de téléphone abonné au Rwanda et non auprès des opérateurs téléphoniques congolais. L’essentiel de ses troupes est composé des Rwandais et des miliciens rwandophones. D’ailleurs, les témoignages concordants de tous ceux qui ont rencontré les combattants de Nkunda disent qu’ils utilisent le kinyarwanda comme langue de communication et d’opération sur le terrain…

Afrik.com : Quand vous parlez des rwandophones, est-ce les Banyamulenge ? Quel est le vrai rôle des Banyamulenge dans ce conflit-ci ?

Jean-Paul Mopo Kobanda :
Vous savez, ceux qu’on appelle des Banyamulenge, ce sont des Rwandais arrivés au Congo dans la vague de ceux qui se sont réfugiés dans les pays frontaliers notamment après la « révolution sociale Hutu » de 1959. Mulenge, c’est justement une colline congolaise où se sont notamment installées ces populations qui étaient répertoriées et prises en charges par l’ONU comme des réfugiés. Des documents officiels de l’ONU existent pour attester cela. C’était leur statut. D’ailleurs, Paul Kagame a quitté son pays enfant dans cette vague en 1959 pour s’exiler avec sa famille mais il est resté Rwandais. Même quand il a servi au sein des forces ougandaises jusqu’à devenir patron des services de sécurité, il a gardé sa nationalité rwandaise.
Par ailleurs, que les réfugiés rwandais installés depuis si longtemps au Congo deviennent des Congolais et adoptent l’appellation de Banyamulenge pour se nommer, pourquoi pas ? Seulement, quand on acquiert une nationalité, on se montre loyale envers sa nouvelle terre d’adoption. Et si un conflit éclate entre son pays d’origine et son pays d’adoption, on a le devoir moral de rester neutre ou d’aider son pays d’adoption devenu sa nouvelle patrie. Ce n’est pas ce qu’ont fait les Banyamulenge durant les conflits successifs en RDC. Leur rôle toujours actif aux côtés des forces négatives et d’agression contribue à ternir leur image aux yeux des populations autochtones.
Permettez-moi de prendre l’exemple de l’Allemagne puisque vous êtes Allemande. Des Allemands installés en France ou des Français d’origine allemande ayant pris position pour leur pays d’origine durant l’occupation, avaient été très mal vus à la libération par la population française, c’est ce qui se passe en RDC vis-à-vis des Banyamulenge.

Afrik.com : Pourquoi la présence des casques bleus de l’ONU est-elle si infructueuse ? Pourtant, on parle du mandat le plus coûteux depuis l’existence de l’ONU…

Jean-Paul Mopo Kobanda :
La mission des Nations Unies au Congo (Monuc) est peut-être la plus coûteuse, mais la RDC est un sous-continent car elle a pratiquement la même taille que l’Europe occidentale. Vous savez, l’OTAN avait déployé au Kosovo plus de 40.000 hommes pour surveiller un territoire 215 fois plus petit que la RDC. La seule région du Kivu est 25 fois plus grande que le Kosovo. En plus de l’immensité du pays, contrairement aux forces de l’OTAN au Kosovo venus des pays riches. Les casques bleus de la Monuc sont composés essentiellement des soldats originaires des pays émergents et pauvres qui se livrent parfois malheureusement à quelques trafics de diamant et d’or avec les groupes rebelles. Il y a ensuite quelques problèmes d’antagonismes nationaux entre certaines forces comme les Pakistanais et les Indiens qui les empêchent d’opérer efficacement ensemble et sous un commandement unifié dans les zones d’opérations.
Néanmoins, les casques bleus n’ont pas vocation à faire le travail de l’armée nationale congolaise. La sécurité des personnes et de leurs biens, la protection de l’intégrité territoriale sont des tâches de l’armée et de la police congolaise. On voit bien que ce ne sont pas les soldats et le matériel qui manquent en RDC. C’est l’organisation logistique, la structure de commandement, les choix stratégiques et un leadership fort qui pèchent. En 2005-2006, le général Mbunza Mabe avait su redonner la confiance aux troupes congolaises dans l’Est par son courage et son commandement éclairé. Depuis, il a été muté dans un centre de formation militaire et l’effet psychologique qu’il avait insufflé aux soldats congolais s’est estompé. Les militaires au front attendent parfois plusieurs semaines pour être ravitaillés et abandonnent parfois du matériel lourd aux hommes de Nkunda. Le rationnement aussi est tellement irrégulier que les soldats se transforment en pilleurs des populations civiles. Ça, ce n’est pas la faute de la Monuc mais des autorités congolaises.

Afrik.com : Que pourrait faire l’UA pour aider à résoudre les problèmes ?

Jean-Paul Mopo Kobanda :
Sur le terrain d’opérations, pas grand-chose que les casques bleus ne puissent faire. Sur le plan diplomatique, l’UA peut faire pression sur Kagame pour qu’il renonce à son plan machiavélique qui a déjà causé un désastre humain innommable. On en est aujourd’hui à plus de 5 millions de morts. Il en faut combien pour que l’UA serve à quelque chose ? C’est ça la vraie question.

Afrik.com : Un porte-parole de Nkunda accuse l’Angola de vouloir intervenir dans le conflit ? Quel est son vrai rôle aujourd’hui et que peut faire l’Angola à l’avenir ?

Jean-Paul Mopo Kobanda :
L’accusation des rebelles de Nkunda est pour le moment infondée car les Angolais n’interviennent pas encore directement dans le conflit actuel dans l’Est. Si dans le passé les Angolais sont intervenus en RDC, ils se sont limités pour le moment à mener des opérations dans les provinces Ouest. Il n’est donc pas exclu que les rebelles de Nkunda trouvent les forces angolaises sur leur chemin si jamais ils s’aventuraient au-delà de l’Est de la RDC ou s’ils arrivent à conquérir des villes importantes.

Afrik.com : Est-ce qu’une ingérence militaire de l’Occident est souhaitable ?

Jean-Paul Mopo Kobanda :
Ça dépend du fondement sur lequel il interviendrait et dans quel objectif. Une intervention militaire occidentale sera totalement inutile si c’est encore une opération de renforcement du régime de Kabila sans une vraie volonté d’aider à la résolution des vrais problèmes qui minent la RDC, à savoir le climat d’insécurité et de répression politique entretenu par le régime en place malgré l’organisation des élections censées inaugurer une ère de démocratie ; les viols utilisé comme armes de guerre par toutes les forces militaires officielles et non officielles opérant en RDC, les crimes économiques et l’implication des hautes autorités dans les pillages des ressources naturelles et d’innombrables d’autres problèmes sociaux.

Afrik.com : Pour finir, la population congolaise a souffert énormément de cette guerre qui a déjà causé des millions de morts. Y-a-t-il une lueur d’espoir pour que les choses changent pour ces pauvres gens qui ont la malchance de vivre dans un pays dont le sous-sol regorge pourtant d’immenses richesses ?

Jean-Paul Mopo Kobanda :
Il y a toujours une lueur d’espoir mais cela nécessite que le gouvernement congolais arrête de se défausser sur la Monuc pour exercer des prérogatives de souveraineté qui lui reviennent, à savoir : la protection des biens et des personnes par la police, la défense de la sécurité et de l’intégrité nationale par une armée forte, refondée, payée et motivée. Par ailleurs, la communauté internationale doit arrêter de pousser toujours aux négociations avec des criminels qui terrorisent, violent et massacrent les populations civiles. Le passé récent nous montre aujourd’hui que la solution à la crise actuelle doit être aussi militaire et judiciaire car l’ONU elle-même évoque des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Sans une armée congolaise forte capable de neutraliser les forces rebelles et de s’opposer aux incursions des armées voisines, il n’y aura jamais de paix. Et tant que les criminels ne seront pas traduits devant la justice pour répondre de leurs actes mais qu’on continuera de leur offrir des postes politiques comme primes à la guerre, cela suscitera toujours des vocations criminelles.

Consulter

 Le blog de Jean-Paul Mopo Kobanda

Lire aussi :

 RD Congo : le conflit progresse vers le Sud-Kivu

 RD Congo : Laurent Nkunda veut forcer Kinshasa à négocier

 Laurent Nkunda appelle les Congolais à la révolte