Ghana : « Jeudi noir » à Apiate


Lecture 2 min.
Explosion
Explosion

L’explosion d’un camion transportant du matériel explosif a causé la mort de 17 personnes et fait 59 blessés, dans la localité d’Apiate, à l’ouest d’Accra, capitale du Ghana.

Il sonnait environ midi, ce jeudi 20 janvier, lorsque l’explosion s’est produite à Apiate, une localité proche de Bogoso, ville minière elle-même située à quelque 300 km à l’Ouest de la capitale, Accra. C’est « un accident impliquant un camion transportant des matières explosives pour une société minière, une moto et un troisième véhicule, qui a eu lieu près d’un transformateur électrique et conduit à l’explosion », précise un communiqué rendu public, dans la nuit de jeudi à vendredi, par le ministre ghanéen de l’Information, Kojo Oppong-Nkrumah.

Le même communiqué dresse le bilan des victimes de cette explosion : « Un total de 17 personnes ont malheureusement été confirmées mortes, et 59 personnes blessées ont été secourues ». Sur ces 59 blessés, 42 suivent des soins dans les hôpitaux de la région mobilisés pour les accueillir, tandis que les dispositions ont été prises pour une évacuation des cas les plus critiques vers Accra.

Au-delà de ces victimes, de nombreux dégâts matériels ont été relevés. « C’est un jeudi noir. Jusqu’à présent, 500 maisons ont été touchées. Certaines ont été complètement rasées par l’explosion tandis que d’autres ont développé des fissures », a confié à l’AFP, dans la soirée du jeudi, Sedzi Sadzi Amedonu, coordonnateur adjoint de l’Organisation nationale de gestion des catastrophes. Puis il poursuit : « C’est presque comme une ville fantôme maintenant. Certaines maisons ont été brûlées, d’autres ont été recouvertes par les débris, et les opérations de recherche et de sauvetage sont toujours en cours ».

Des mesures urgentes ont été prises par le gouvernement pour sécuriser au maximum les lieux. « Afin d’éviter une seconde explosion, une équipe conjointe d’experts en explosions de la police et de l’armée a été déployée pour examiner la situation et mettre en place des mesures de sécurité », a indiqué le communiqué ministre de l’Information. Les populations locales ont été invitées par le gouvernement à évacuer le lieu d’explosion pour se réfugier dans des écoles et des églises. Le Président Nana Akuffo-Addo a, pour sa part, déploré, via un tweet, « un événement vraiment triste, malheureux et tragique ». Il a, à l’occasion, présenté ses condoléances aux familles des victimes.

A lire : Ghana : plus de 100 morts dans l’explosion d’une station-service à Accra

Avatar photo
Historien, Journaliste, spécialiste des questions socio-politiques et économiques en Afrique subsaharienne
Facebook Linkedin
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter