Ghana : en route pour le deuxième tour de l’élection présidentielle

Le candidat du parti au pouvoir, Nana Akufo-Addo, est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle ghanéenne avec 49,13% des suffrages. La majorité absolue n’ayant pas été atteinte, il y aura un second tour, le 28 décembre prochain.

49,13% des voix pour Nana Akufo-Addo contre 47,92% pour John Atta-Mills. Après plusieurs jours d’incertitude, la Commission électorale a enfin divulgué les résultats de l’élection présidentielle qui a eu lieu dimanche dernier au Ghana. Le candidat du Nouveau Parti Patriotique (NPP), au pouvoir, arrive en tête devant le candidat du Congrès démocratique national (NDC) mais ne remporte pas la majorité absolue (il faut 50% des suffrages plus une voix). Les médias ghanéens attendaient un troisième homme, Papa Kwesi Nduom, du Parti de la convention du peuple, mais celui-ci n’a recueilli que 1,3 % des suffrages, selon la commission électorale. Il quitte donc la course à la présidence.

Il y aura un deuxième tour

Le président de la Commission électorale, Kwadwo Afari Gyan, a déclaré mercredi lors d’une conférence de presse dans la capitale, Accra : « Il y aura donc un deuxième tour qui départagera les deux candidats arrivés en tête ». Le second scrutin devrait avoir lieu dimanche 28 décembre.

Les observateurs internationaux ont salué la bonne tenue du premier tour de l’élection, en dépit de quelques incidents isolés et de quelques accusations de fraude, qui n’ont pas été prouvées. Près de 69,52 % des 12,8 millions d’électeurs inscrits se sont rendus aux urnes dimanche pour désigner le successeur de John Kufuor.

Les Ghanéens votaient également dimanche pour élire leurs députés, mais les résultats n’ont pas été communiqués pour le moment. Aucun des deux principaux partis n’a, pour l’instant, obtenu les 116 députés nécessaires à la majorité absolue.

Lire aussi :

 Le Ghana élit un nouveau président

 Les observateurs étrangers louent la crédibilité des élections au Ghana

Photo : à gauche, Nana Akufo-Addo; à droite, John Atta-Mills