Gabon : Omar Bongo tire momentanément sa révérence

Dans un communiqué lu ce mercredi soir à la télévision nationale, Omar Bongo Ondimba a annoncé la suspension momentanée de ses activités. A 74 ans, le doyen des chefs d’Etat, durement frappé par le récent décès de son épouse, feue Edith Bongo, s’arrêterait pour effectuer son veuvage comme le veut la tradition gabonaise et pour se ressourcer. Didjob Divungi Di Ndinge, le vice-président de la République, devrait présider le prochain Conseil des ministres.

La fin de règne aurait-t-il sonné pour le doyen des chefs d’Etats africains ? Profondément affecté par le récent décès de son épouse, feue Edith Lucie Bongo, à la suite d’une longue maladie, et malmené par la justice française, ces derniers mois ont été particulièrement éprouvants pour le président gabonais, Omar Bongo Ondimba, âgé de 74 ans. Aussi, vient-il de décider d’arrêter jusqu’à nouvel ordre ses fonctions.

« Aujourd’hui, le président de la République a décidé de la suspension momentanée de ses activités. (…) De ce fait, toutes les audiences présidentielles sont suspendues jusqu’à nouvel ordre », a indiqué un communiqué de la présidence lu ce mercredi soir, à la Radio télévision gabonaise, RTG1. Cette décision aurait été prise à la demande de la famille du président et s’inscrirait dans la tradition gabonaise de veuvage. Mais Omar Bongo Ondimba, dit le communiqué, devrait aussi profiter de ce temps d’arrêt pour se « ressourcer dans le repos. »

Didjob Divungi Di Ndinge, le vice-président de la République aurait reçu « habilitation » de diriger le prochain Conseil de ministres qui se tient ce jeudi. C’est également lui qui devrait représenter le Gabon à l’investiture de Jacob Zuma, le tout nouveau président sud-africain élu. Mais d’après la Loi fondamentale du Gabon, la fonction présidentielle devrait être assurée par le président du Sénat en cas de « vacance de la présidence de la République, pour quelque cause que ce soit, ou d’empêchement définitif de son titulaire constatés par la Cour constitutionnelle ». Et celui-ci devrait organiser des élections dans un délai de 30 à 45 jours.

Cette disposition, si elle est respectée, il reviendrait à Mme Rose Francine Rogombé, 66 ans, juriste de formation et membre du parti de M. Bongo Ondimba, d’assurer l’intérim.