Gabon : les sévères mises en garde d’Ali Bongo

Le chef de l'Etat du Gabon, Ali Bongo Ondimba

Le Président du Gabon, Ali Bongo, s’est adressé à la Nation, depuis son bureau, lors d’un discours très ferme, qui a duré quelque huit minutes. Quelle en est la substance.

Le chef de l’Etat du Gabon, Ali Bongo, a saisi l’opportunité du jour de commémoration de la mort de son père, Omar Bongo Ondimba, décédé le 8 juin 2009 à Barcelone, pour lancer un message à la Nation, six mois après son dernier discours du 31 décembre 2018. Ali Bongo Ondimba a annoncé, ce samedi soir, avoir demandé à son Premier ministre la formation d’un nouveau gouvernement. Mais pas n’importe lequel.

« Aussi ai-je demandé au Premier ministre de former un nouveau gouvernement plus restreint, constitué de femmes et d’hommes prêts à donner la priorité à l’intérêt général et capable de faire preuve d’exemplarité, de probité, d’éthique », a déclaré Ali Bongo, mettant en garde que « le ménage doit être fait au sein de notre classe politique, au sein de laquelle le mot éthique doit résonner avec force ».

Cette sortie intervient après l’affaire des conteneurs de bois volatilisés au port et qui avait poussé le Président à faire le ménage au sein de son gouvernement. En effet, suite à la disparition de ces conteneurs de kevazingo, un bois précieux, de hauts responsables avaient été suspendus. Quant au présumé cerveau, l’homme d’affaire chinois François Wu avait été été interpellé.

Le dirigeant gabonais se remet actuellement d’un accident vasculaire cérébral survenu le 24 octobre 2018 à Riyad en Arabie Saoudite. Suite à son accident, Ali Bongo avait rejoint le Maroc pour poursuivre sa convalescence. Le chef de l’Etat rentrera au Gabon le 23 mars 2019. Depuis cette date, il n’avait pas fait d’apparition publique, poussant ses détracteurs, notamment l’opposition, à douter de ses capacités à diriger le pays.

A lire : Gabon : Ali Bongo poursuit la purge dans sa garde rapprochée