Gabon: les professionnels de la santé reviennent sur le front social

Les membres du syndicat national des personnels de santé (Synaps) sont revenus vendredi sur le front social, menaçant de suspendre à nouveau le service minimum dans les hôpitaux du pays, à partir de la fin du mois d’avril. Ils réclament la prime de servitude promise par le gouvernement. Ils avaient lancé un mouvement de grève le 12 janvier dernier, qu’ils avaient suspendu le 14 mars.

Notre correspondant au Gabon

« Nous faisons encore confiance à ce gouvernement jusqu’au 25 du mois d’avril. Si jusqu’à cette période il n’y a pas de prime de servitude, croyez- nous, ce serait encore une déception et le personnel de santé devrait avoir une autre attitude », a averti le président du Synaps, Serges Mickala.

Les syndicalistes ont appelé le premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong à mettre tout en œuvre afin que les mesures prises en Conseil des ministres concernant l’octroi de cette prime soient mises en application dans les brefs délais. Dans le cas contraire, ils rendront le gouvernement responsable des nouveaux débrayages qui interviendront à la fin de ce mois d’avril.

Les membres du Synaps avaient repris le service minimum, voire le service à temps plein au lendemain du décès, le 14 mars dernier au Maroc de la première dame du Gabon, Edith Lucie Bongo. Ils avaient entamé le mouvement de grève le 12 janvier dernier.

 Le monde de la santé paralysé au Gabon

 Gabon : la grève du personnel de santé se poursuit