Gabon, Barro Chambrier « dégouté » par l’éviction de Noureddin Bongo


Lecture 2 min.
Alexandre Barro Chambrier
Alexandre Barro Chambrier

Le fils du chef de l’Etat gabonais, Noureddin Bongo Valentin, qui occupait le poste de coordinateur général des affaires présidentielles depuis 21 mois, a été démis de ses fonctions. Une éviction qui n’a pas été du goût de l’opposition qui a crié au scandale.

Réuni en Conseil des ministres, lundi, le gouvernement gabonais a décidé de démettre Noureddin Bongo Valentin du poste de coordinateur général des affaires présidentielles et « de le remettre à la disposition de son administration d’origine ». En plus de cette décision, le poste qu’occupait le fils d’Ali Bongo a été supprimé.

L’éviction de Noureddin Bongo Valentin a été vue par certains comme un tremblement de terre. Celui qui avait à l’époque 27 ans lorsque qu’il a été nommé coordinateur général des affaires présidentielles était pressenti par l’opposition pour succéder à son père à travers une dévolution monarchique du pouvoir. Position balayée d’un revers de la main par la Présidence qui justifiait que le chef de l’État avait besoin à ses côtés d’un homme de confiance.

Aujourd’hui, l’homme a été démis de ses fonctions, mais la Présidence gabonaise soutient qu’il ne s’agit pas d’un limogeage. Après cette décision de le renvoyer à son administration d’origine, Noureddin Bongo Valentin a adressé une correspondance à son père, dans laquelle il vante son bilan, selon lui plus qu’élogieux. Dans tous les cas, c’est la cacophonie au sommet de l’Etat gabonais.

Et pour Alexandre Barro Chambrier, opposant au régime d’Ali Bongo, qui se dit « dégouté », ce n’est ni plus ni moins qu’un scénario mis en œuvre par la Présidence. L’opposant estime que l’éviction de Noureddin Bongo Valentin est une stratégie de confiscation du pouvoir. « Une mise en scène grotesque d’un personnage qu’on nomme aujourd’hui, que demain on enlève, qu’après-demain on va renommer. Ce sont des manœuvres sordides, suspectes, qui font peser de gros risques sur la démocratie ».

A lire : Gabon : Ali Bongo nomme son fils coordinateur général des affaires présidentielles

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter