FESPACO 2015 : les nuits chaudes de Ouagadougou…

nuits_chaudes_bamako_2.jpg

Le FESPACO ce n’est pas seulement la projection des films, ce sont aussi des nuits chaudes aux allures de carnaval dans la ville de Ouagadougou, notamment au niveau du siège du FESPACO, le bar paradis des meilleurs vins de Ouagadougou, et plein d’autres scènes musicales dans toute la capitale burkinabè, qui rassemble chaque nuit un grand nombre de personnes.

Durant cette 24e édition du FESPACO et comme pour toutes les éditions passées, l’ambiance du Festival ne se limite pas aux salles de cinéma. Dans la ville de Ouagadougou règne une chaude ambiance de fête, de carnaval et de liesse collective. Un grand nombre de Ouagalais préfèrent se rendre dans les espaces de distraction plutôt que dans les salles de projection.

On les retrouve dans des lieux comme celui du siège du FESPACO, le bar « Paradis des meilleurs vins » de Ouagadougou et plein d’autres scènes musicales dispersées dans toute la capitale, qui rassemble chaque soir un grand nombre de personnes, de même qu’un grand nombre de bars, des jeux pour les enfants, des stands d’exposition et bien d’autres activités ludiques.

nuits_chaudes_bamako_3.jpg

En interrogeant Mr Moussa, trente-trois ans, que nous avons trouvé sur place, nous apprenons qu’il arrive à s’amuser « énormément » et qu’il trouve cela très intéressant de participer au FESPACO, raison pour laquelle il est venu spécialement de Bobo Dioulasso. Chaque soir, depuis le début du FESPACO, il retrouve ses amis de Ouaga à la fin de leur journée de travail et ils viennent au festival pour suivre le concert et arriver à faire de nouvelles rencontres. Il cite avec émotion le grand concert de Smockey et de Didier Awadi qui vient d’avoir lieu.

Les soirées commencent aux environs de 17h et peuvent aller jusqu’à 4h du matin certains jours. Nous pouvons dire avec certitude et vu le monde que nous avons trouvé sur place, que c’est un des moments les plus aimés et attendus par les Ouagalais durant le FESPACO. Les étrangers aussi qui y participent trouvent cela génial et s’étonnent de constater que malgré une situation politique assez tendue au Burkina Faso, le pays parvienne à organiser de telles ambiances de recréation. Occasion de plaisirs… qui ne sont pas tout seulement culturels.

nuits_chaudes_bamako_4.jpg

Ce sont des soirées durant lesquelles les gérants de stands d’exposition et de bars disent faire de très bonnes recettes parce que l’ambiance est toujours très bonne, ce qui motive de plus en plus de personnes à venir chaque jour, « ce qui est très bon pour les affaires ». Ces festivités qui ont commencé depuis le premier jour du festival prendront fin ce dimanche.

nuits_chaudes_bamako_2.jpg

Dans les rues de Ouagadougou, l’atmosphère particulière du FESPACO tient à l’improvisation de concerts en plein air, donnés par des artistes burkinabè et d’ailleurs. Un responsable de l’organisation de ces festivités dans une des rues de la ville nous confie d’ailleurs que ces plateaux ont pour but d’aller vers le public qui ne peut pas se rendre au FESPACO. Leur objectif est de faire vivre le festival à tout le monde. Et c’est sur leurs propres fonds ou avec l’aide de certains sponsors locaux qu’ils arrivent à organiser des spectacles gratuits pour toute la population ouagalaise.

En un mot, les nuits chaudes du FESPACO sont aussi un grand moment de communion culturelle et festive. Un vrai bol d’air joyeux pour un Burkina Faso qui se remet ainsi de ses épreuves récentes.

nuits_chaudes_bamako_5-r90.jpg