Femen Tunisie : Amina Tyler reste en détention provisoire

Le tribunal de première instance de Kairouan a rendu ce jeudi 30 mai son verdict. La première « Femen » tunisienne, Amina Tyler, arrêtée le 19 mai dernier, a écopé de 200 dinars d’amende pour port illégal de bombe lacrymogène. Cette dernière resterait toutefois en détention provisoire pour une autre affaire de profanation d’un cimetière. Elle encoure plus de deux ans de prison.

Amina Tyler, première « Femen » tunisienne, a, pour le moment, écopé d’une simple amende de 200 dinars. Ce serait la décision rendue ce jeudi 30 mai par le tribunal de première instance de Kairouan. Arrêtée à Kairouan le 19 mai dernier, la première Femen tunisienne comparaissait pour port illégal de spray-lacrymogène. Elle encourait une peine de six mois de prison.

La nouvelle est tombée ce jeudi 30 mai en début d’après-midi sur Femen – Tunisian Official Fanpage : « A prendre au conditionnel. Amina Tyler la #Femen tunisienne vient d’être relaxée, elle a écopée par contre d’une amende de 200 dinars #Tunisie (Cette info n’est pas encore confirmée par une source officielle) », peut-on lire sur la page d’accueil du mouvement féministe tunisien.

Une information également publiée par le site Tunisienumerique.com qui assure que « le tribunal de première instance de Kairouan vient de relaxer la militante « Femen » tunisienne Amina. Elle s’en sort finalement avec 200 dinars d’amende ».

Mais aux dernières nouvelles, Amina Tyler est toujours retenue en détention provisoire, selon Tunisienumerique.com qui vient de publier l’information. Le ministère public aurait reporté l’examen de l’affaire de la profanation du cimetière de Kairouan, dans laquelle la Femen tunisienne est mêlée, au 5 juin 2013, à la demande des avocats de la défense. Seul le verdict concernant la détention illégale de gaz lacrymogène a donc été rendu ce jeudi.

Pro-Amina VS Anti-Amina

Le procès d’Amina Tyler, tenu ce jeudi 30 mai à 9 heures du matin à Kairouan, a crée l’effervescence. De nombreux journalistes locaux et internationaux avaient fait le déplacement pour couvrir le jugement de la première Femen tunisienne a avoir posé seins nus sur les réseaux sociaux.

Pas moins d’une dizaine d’habitants de la ville manifestait ce matin en faveur de la chantre du mouvement « Femen Tunisie ». Des pro-Amina ont dû faire face à une foule hostile à la jeune fille. Des habitants de la ville massés devant le palais de justice ont, en effet, réclamé la peine maximale contre elle.

Des européennes soutiennent Amina

Une première dans le monde arabo-musulman. Après l’action seins nus d’Amina, la première Femen tunisienne à s’être exhibée sur Internet et à avoir défrayé la chronique, trois militantes du mouvement féministe sont passées mercredi à l’acte dans la rue cette fois-ci. En dévoilant leurs poitrines face à une foule de journalistes réunis devant le palais de justice à Tunis, les trois jeunes femmes, deux Françaises et une Allemande, ont voulu dénoncer les conditions de la femme dans ce pays. Leur slogan était « Free Amina ».

Cette dernière, décrite par ses proches comme une dépressive chronique et suicidaire, était hier, mercredi, encore en détention provisoire à Kairouan, dans le centre du pays, pour port illégal de bombe lacrymogène et profanation de cimetière.