« Faut-il brûler les homos » : la Une controversée de « Maroc Hebdo » fait toujours polémique

Au Maroc, la Une du magazine Maroc Hebdo qui a titré : Faut-il brûler les homos » en juin dernier continue de faire parler d’elle. Une association de lutte contre l’homophobie a décidé ce lundi de porter plainte contre le directeur de publication du magazine.

Deux mois après la Une controversée du magazine Maroc Hebdo, qui a titré en juin dernier : Faut-il brûler les homos » fait toujours parler d’elle. Une association française de lutte contre l’homophobie a décidé de riposter. Cette dernière a porté plainte ce lundi contre le directeur de publication du magazine Maroc Hebdo, Mohamed Selhami pour « provocation à la haine et à la violence ».

L’association Mousse créé en 2000, qui agit en justice contre les auteurs de propos et discriminations homophobes, a en effet été choquée tout comme la population marocaine par la Une du magazine Maroc Hebdo du 12 juin dernier qui montrait deux hommes au bord d’une piscine se regardant dans les yeux avec le fameux titre : « Faut-il brûler les homos ». Une phrase choc qui a poussé l’association à agir en justice à l’encontre de Mohamed Selhami pour provocation à la haine et à la violence.

L’association Mousse reproche au magazine Maroc Hebdo, « le délit de provocation à la haine ou à la violence à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur orientation sexuelle ». Pour l’association, le titre : « Faut-il brûler les homos » contribue à entretenir un sentiment de haine, voire incite à commettre des actes de violence, à l’encontre des homosexuels». L’association va encore plus loin, faisant également allusion au texte inscrit au dessus du titre de l’hebdomadaire : « le ministère de la Santé appelle à la dépénalisation de l’homosexualité au Maroc. Certes, c’est un droit individuel. Mais, qui de la morale et des valeurs religieuses ? » ainsi que sur une publication de Maroc Hebdo de 2012 titrée : « Le péril noir ». Avec ses arguments, l’association Mousse entend bien démontrer que Maroc Hebdo incite à la haine et à la violence à l’égard de personnes en raison de leur orientation sexuelle.

Après la polémique que la Une de Maroc Hebdo a déclenché au sein du royaume chérifien, le magazine avait retiré son numéro tout en présentant ses excuses en précisant avoir simplement voulu rendre compte d’un débat. Des excuses qui n’ont pas convaincu l’association qui espère que le procureur va poursuivre le magazine. Dans le cas contraire, elle se constituera en partie civile et lancera une action en justice.

Lire aussi :

 Maroc : un magazine appelle à « brûler les homosexuels »