Fadela Amara, une militante de la cause féminine intègre le gouvernement français

Si le nouveau parlement français est loin d’être « Black, Blanc, Beur », ce n’est pas le cas du nouveau gouvernement de François Fillon. Sa nouvelle équipe, en plus de Rachida Dati, Garde des sceaux, s’est étoffée de deux de secrétaires d’Etat issus de l’immigration. Rama Yade, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux droits de l’Homme, et Fadela Amara, la présidente-fondatrice de « Ni putes ni soumises », secrétaire d’Etat à a la politique de la ville.

Fadela Amara, passionaria du mouvement controversé « Ni Putes ni soumises » dont elle est la présidente-fondatrice, est devenue, mardi, secrétaire d’Etat à la politique de la ville. Fatiha Amara, à l’Etat civil, a vu le jour en 1964 dans une famille algérienne originaire de la Kabylie. La jeune fille rêve de faire des études de Lettres, mais elle doit se contenter d’un CAP d’employée de bureau. Elle ne renonce pourtant pas à tous ses rêves : celui d’un monde plus juste depuis la mort prématurée de son frère, à l’âge de 14 ans. La jeune Fatiha voit la police protéger le chauffard responsable du drame. Désormais, le militantisme au sein du monde associatif sera sa manière à elle de rétablir des équilibres sociaux qu’elle estime rompus.

Militante avant tout !

Fadela Amara en négligera même ses devoirs de conseillère municipale lorsqu’elle le devient en 2001 pour le compte du Parti socialiste dans sa ville natale : elle ne siègera jamais. Ses priorités sont ailleurs et portent le nom de SOS Racisme, de Fédération nationale des maisons des potes (FNMP) et enfin de  » Ni Putes ni soumises ». Ce dernier engagement fait d’elle dans l’imaginaire collectif un personnage emblématique des cités. Le slogan né du ras-le-bol des violences que subissent les femmes dans les banlieues est devenu une organisation dans la continuité de la « Marche des femmes contre les ghettos et pour l’égalité » qui a s’est déroulée du 1er février au 8 mars 2003 en France. Sa légitimité est aujourd’hui souvent contestée sur le terrain. Saluée et applaudie à sa naissance, d’aucuns estiment désormais qu’il est manipulé par les médias et les politiques parce qu’il conforte l’opinion publique dans ses préjugés sur les banlieues.

Nommée secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville, elle dispose désormais d’une puissance politique qui pourrait changer le quotidien des Cités, notamment le sort des femmes qui lui est si cher. Mais aura-t-elle la liberté nécessaire à une telle révolution ? Attachée au ministère de Christine Boutin, celui du Logement et de la Ville, elle retrouve une femme qui, assure-t-elle, lui donnera la marge de manœuvre nécessaire pour mener son combat. Ses alliés s’en étonnent déjà car Christine Boutin est une farouche opposante à la laïcité qu’elle défend. Néanmoins la ministre compte déjà sur l’expertise de Fadela Amara « pour régler les questions de précarité et d’exclusion dans les villes ». Une expertise déjà remise en cause par des personnalités comme Kaïssa Titous, membre du Forum social des quartiers populaires, ancienne
membre du bureau national de SOS Racisme. Elle estime que Fadela Amara « a peu d’assises
dans les quartiers populaires et a obtenu peu de résultats. « Quel rapport de
force pourra-t-elle instaurer au sein du gouvernement ?», interroge-t-elle. Christine Boutin et Fadela Amara sauront-elles incarner cette France unie, au-delà de ses divergences, que le président français Nicolas Sarkozy souhaite mettre en exergue en intégrant des gens de gauche à son gouvernement ?

Les membres du nouveau gouvernement de François Fillon

 Jean-Louis Borloo : ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables

 Michèle Alliot-Marie : ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales

 Bernard Kouchner : ministre des Affaires étrangères et européennes

 Christine Lagarde : ministre de l’Economie, des Finances et de l’Emploi

 Brice Hortefeux : ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement

 Rachida Dati : garde des Sceaux, ministre de la Justice

 Michel Barnier : ministre de l’Agriculture et de la Pêche

 Xavier Bertrand : ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité

 Xavier Darcos : ministre de l’Education nationale

 Valérie Pécresse : ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

 Hervé Morin : ministre de la Défense

 Roselyne Bachelot-Narquin : ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports

 Christine Boutin : ministre du Logement et de la Ville

 Christine Albanel : ministre de la Culture et de la Communication

 Eric Woerth : ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique

 Roger Karoutchi : secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement

 Jean-Pierre Jouyet : secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé des Affaires européennes

 Laurent Wauquiez : secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, Porte-parole du Gouvernement

 Eric Besson : secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé de la Prospective et de l’Evaluation des politiques publiques

 Valérie Létard : secrétaire d’Etat auprès du ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité, chargée de la Solidarité

 Dominique Bussereau : secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables, chargé des Transports

 Nathalie Kosciusko-Morizet : secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables, chargée de l’Ecologie

 Christian Estrosi : secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales, chargé de l’Outre-Mer

 André Santini : secrétaire d’Etat auprès du ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique, charge de la Fonction publique

 Jean-Marie Bockel : secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de la Coopération et de la Francophonie

 Hervé Novelli : secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’Economie, des Finances et de l’Emploi, chargé des Entreprises et du Commerce extérieur

 Fadela Amara : secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Ville et du Logement, chargée de la Politique de la ville

 Alain Marleix : secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens Combattants

 Rama Yade : secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes, chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’homme

 Luc Chatel : secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’Economie, des Finances et de l’Emploi, chargé de la Consommation et du Tourisme

 Martin Hirsch : haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté

 Bernard Laporte : secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, chargé de la Jeunesse et des Sports (à compter de fin octobre 2007)