Evacuation imminente des Français de Bouaké

L’armée française se prépare à évacuer les Français vivant à Bouaké, la seconde ville ivoirienne. Le consulat, selon nos sources, vient d’informer les ressortissants français de leur imminente évacuation vers Yamoussoukro. Sur le plan militaire, les mutins contrôlent toujours la ville.

 » Le consulat vient de nous informer (14h 00 à Bouaké, 16 h 00 0 Paris, ndlr) que les troupes françaises sont entrées à Bouaké. On nous a demandé de préparer nos affaires car notre départ est imminent. Les militaires devraient venir nous chercher cet après-midi ou au plus tard demain matin. Nous devons, dans un premier temps, être évacués vers Yamoussoukro avant de rejoindre de rejoindre plus tard Abidjan « , confie un résident français. Sur le plan militaire, la situation demeure inchangée dans la seconde ville ivoirienne. Les mutins tiennent toujours la ville alors que les loyalistes campent sur leurs positions dans la périphérie.

La situation sécuritaire semble échapper de plus en plus aux autorités ivoiriennes. Après la France, c’est les Etats-Unis qui ont envoyés 200 soldats pour  » sécuriser  » les 170 enfants, en majorité américains, bloqués dans le pensionnat de l’Acadamédie internationale chrétienne. Les soldats seraient arrivés dans la capitale politique ivoirienne. Et selon l’Afp, Un détachement de militaires britanniques est également arrivé en Côte d’Ivoire pour déterminer si l’envoi de troupes supplémentaires est nécessaire à la protection des Britanniques vivant dans ce pays.

Le complot étranger

La crise ivoirienne a pris une dimension régionale. Les journaux locaux accusent nommément le président burkinabè, Blaise Compaoré, d’être l’instigateur principal de la  » tentative du coup d’Etat « . Les autorités burkinabé démentent véhément toute implication et protestent auprès de leurs homologues ivoiriennes pour dénoncer  » les mauvais traitements dont ont été les victimes de nombreux ressortissants burkinabè « . Les relations entre les deux pays ne cessent de se détériorer depuis quelques mois après une légère embellie après la visite du président Laurent Gbagbo à Ouagadougou.

Sommet reporté

Le président gabonais a dû annulé très vite son initiative de réunir au Maroc les acteurs régionaux africains. Le sommet régional sur la situation en Côte d’Ivoire, qui devait se réunir le 26 septembre à Marrakech, a été différé au profit d’un sommet « imminent » de la Cedeao (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest), a annoncé mardi à Rabat la présidence gabonaise. L’imminence de ce sommet ne doit pas être très urgente car aucune date ni aucun lieu n’a été fixé.

Lire aussi

Alassane Ouattara et la main de l’étranger ;

Bouaké, l’enfer des footballeurs ;

Confusion totale en Côte d’Ivoire ;

Bouaké sous haute tension ;

Guerre totale en Côte d’Ivoire ;

Les étrangers ne sont pas tous égaux ;

Combats annoncés en Côte d’Ivoire ;

Coup d’Etat sur fond de grogne sociale ;

Le coup d’Etat enflamme le cacao ;

Le football otage des mutins ;

Bruit de bottes à Abidjan ;