Eurovision : Miss France 2019 défend Bilal Hassani bec et ongles


Lecture 2 min.
Vaimalama Chaves
Vaimalama Chaves

Attaqué de toutes parts, le candidat de la France à l’Eurovision récolte des soutiens de taille. Le dernier en date, celui de miss France 2019, Vaimalama Chaves, qui prend la défense de Bilal Hassani.

Miss France 2019 apporté son soutien à Bilal Hassani qu’elle considère comme étant « le meilleur grâce à son ouverture d’esprit incroyable et qu’il bouleverse les codes ». Dans une interview au Parisien, Vaimalama Chaves, qui a plusieurs fois témoigné des moqueries qu’elle avait subies au collège, défend ainsi Bilal Hassani, qui fait lui aussi l’objet de violentes critiques notamment sur les réseaux sociaux.

A lire : Tweets sur Israël, Fake news ? : le candidat à l’Eurovision Bilal Hassani au cœur d’une polémique

Miss France 2019, qui s’est rangée du côté du représentant de la France à l’Eurovision 2019 a également tenu à rappeler le droit des individus à la liberté d’expression, fustigeant que « c’est indécent que des haters le descendent comme cela. La liberté d’expression, cela existe ! ». « Comment se permet-on d’être aussi intrusif dans la vie de quelqu’un », se demande la nouvelle Miss France qui se dit complètement dépassée.

Se rappelant des moqueries dont elle a été victime au collège, Vaimalama Chaves se désole du fait, dit-elle, que les gens ne se rendent pas compte à quel point même « une petite blague de merde peut être destructrice ».

A lire : Bilal Hassani crève l’abcès : « Ça dérange que mes parents soient nés au Maroc et que je sois homo »

Après avoir accusé Bilal Hassani d’avoir émis des critiques à l’encontre d’Israël, des internautes ont reproché au candidat de la France à l’Eurovision de banaliser les actes terroriste perpétrés en France. Déclenchant une vague d’attaques contre le chanteur de 19 ans.

Avatar photo
Très attaché à l’Afrique Centrale que je suis avec une grande attention. L’Afrique Australe ne me laisse pas indifférent et j’y fais d’ailleurs quelques incursions
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter