Etats-Unis : le ticket Romney-Ryan capable de détrôner Obama ?

Mitt Romney, candidat à la Maison Blanche, a choisi ce samedi son colistier. Si le candidat républicain à la succession de Barack Obama est élu 45e président des Etats-Unis, le 6 novembre, Paul Ryan lui servira de vice-président.

Mitt Romney se met en ordre de bataille. Sa direction de campagne a dévoilé ce samedi le nom de son colistier. Ce sera Paul Ryan qui aura l’honneur de jouer le rôle de vice-président si le candidat républicain à la Maison Blanche l’emporte, le 6 novembre, contre le président sortant Barack Obama.

« Romney-Ryan, c’est le ticket républicain », a annoncé l’équipe de communication de Mitt Romney. A trois mois de l’élection présidentielle américaine, le gouverneur actuel de l’Etat du Massachusetts vient de donner une nouvelle impulsion à sa campagne. Paul Ryan, député de la 1e circonscription de l’Etat du Wisconsin et président de la Commission du Budget à la Chambre des Représentants (l’une des deux chambres composant le Parlement américain avec le Sénat), est un illustre inconnu de l’échiquier politique américain. Il est chargé de défendre « un programme fiscal et budgétaire considéré par les démocrates comme particulièrement pénalisant pour les plus pauvres », précise Le Nouvel Observateur. Ce jeune loup, âgé de 42 ans, est-il l’homme de la situation à même de renforcer suffisamment Mitt Romney pour renverser l’expérimenté Barack Obama ?

Un ticket inexpérimenté ?

En 2008, l’ancien candidat à la Maison Blanche, John MacCain avait choisi Sarah Palin comme colistière et candidate au poste de vice-président. Ce ticket a perdu l’élection présidentielle puisque Barack Obama l’a emporté avec 9 millions de voix d’avance, devenant ainsi le 44e président des Etats-Unis. A l’époque, Sarah Palin sortait déjà de nulle part. Elle n’était que gouverneur de l’Alaska. L’ancienne graine de beauté et maire de la ville de Wasilla (de 1996 à 2002) a longtemps été la cible de toutes les critiques. Les médias américains la qualifiaient d’atout charme sans aucune expérience politique sur la scène nationale. Quant à John MacCain, baptisé Bush 2, était raillé pour son inexpérience sur les questions de politique étrangère.

A l’instar de Sarah Palin, l’Américain moyen vient de faire connaissance avec Paul Ryan qui, jusqu’à ce samedi, n’était pas connu du grand public. Le député de la Chambre basse occupera le poste de vice-président si Mitt Romney succède à Barack Obama à la magistrature suprême. Du haut de ses 42 Printemps a-t-il l’étoffe nécessaire pour assumer cette fonction ?

A 47 ans, Barack Obama a brigué son premier mandat de président des Etats-Unis. En revanche, son vice-président, ancien colistier, Joe Biden avait 66 ans. Et ces derniers (âgés respectivement en 2012 de 51 ans pour l’un et de 70 ans pour l’autre) étaient pour le premier sénateur de l’Illinois et pour le second sénateur du Delaware. Bien qu’expérimenté, Mitt Romney accuse une inexpérience en matière des Affaires étrangères. Sa récente tournée européenne en témoigne. A Londres, le gouverneur actuel du Massachusetts a pointé du doigt les problèmes de sécurité de la ville organisatrice des Jeux Olympiques et en déplacement en Israël, le concurrent de Barack Obama a déclaré que Jérusalem était la capitale de l’État hébreu. Et ce n’est pas son jeune colistier qui va combler cette lacune.

A trois mois du scrutin présidentiel, Mitt Romney a fait un pari risqué en choisissant Paul Ryan comme colistier. D’autant que le candidat républicain à la Maison Blanche est devancé dans les sondages par le président sortant Barack Obama.

Lire aussi :

 Présidentielle américaine : Obama courtise les femmes

 Obama et Hollywood c’est le grand amour !

 Etats-Unis : Obama en tête dans trois Etats cruciaux