Entretien avec Moussa Diawara : « Le Sénégal est un adversaire redoutable »


Lecture 2 min.
Moussa Diawara (droite)
Moussa Diawara (droite)

Vice-champion d’Afrique, le Sénégal partage le groupe B avec la Guinée, lors de la 33ème édition au Cameroun, qui se tiendra du 9 janvier au 12 février 2022. À quelques semaines de ce grand rendez-vous continental, l’ailier international guinéen Moussa Diawara, qui évolue à Bank El Ahly (D1 Égypte), parle du derby qui opposera le Syli national aux Lions de la Téranga. Pour lui, le Sénégal est l’adversaire le plus redoutable du groupe.

Entretien

Vous avez changé de club la saison dernière, comment se passe votre intégration dans votre nouveau club ?

Oui, ça se passe très bien. Mais, je savais au départ que ça n’allait pas être facile. Je rends grâce à Dieu. Je n’ai pas eu trop de difficultés à m’adapter, vu que je maîtrise le championnat égyptien et que je connaissais bien le climat. Donc, je me suis vite adapté au niveau de mon club actuel et j’ai créé une sympathie avec les dirigeants du club et mes coéquipiers. Franchement, ça va pour le moment.

On est à quelques semaines de la Coupe d’Afrique des nations et la Guinée partage le même groupe que le Sénégal, mais aussi le Malawi et le Zimbabwe. Que pensez-vous de ce groupe ?

Vous savez, la Guinée est un pays de football. La Guinée peut se qualifier. On a de bons joueurs et il suffit juste de mettre les choses en place. Le Sénégal est un adversaire redoutable, donc on doit à tout prix prendre les trois points contre le Sénégal. Après, pour les autres, notamment le Malawi et le Zimbabwe, on est plus fort qu’eux. Il faut surtout que les dirigeants soient là pour plus motiver les joueurs.

Vous étiez récemment convoqué par Didier Six, est-ce que vous êtes en contact avec Kaba Diawara ?

Oui, je communique avec le coach Kaba Diawara, de temps en temps. Je l’appelle des fois en tant que mon doyen afin qu’il me donne des conseils. Parfois, c’est juste pour prendre de ses nouvelles. De son côté, il me demande aussi mes statistiques. Côté professionnel, ça va aussi et je suis prêt pour encore mouiller le maillot et représenter mon très cher pays, la Guinée. Un pays que j’aime beaucoup.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter