Enoch Effah, le personnage derrière l’athlète

enoch.jpg

Enoch Effah disputera ce samedi, à Paris, un match déterminant pour sa carrière. Il remettra son titre de champion du monde poids lourd de boxe française en affrontant le Serbe Sasa Cirovic, vice champion du monde 2005. Un combat qui promet d’être survitaminé. Avec en prime des concerts, des ateliers et des défilés de mode en marge du championnat, de quoi contenter un large public. Enoch Effah accorde une interview pleine de punch à Afrik.com. L’occasion de parler du combat et des événements annexes.

enoch.jpgSamedi 17 novembre à Paris, le Français d’origine ghanéenne Enoch Effah, 24 ans, champion du monde 2005, affrontera, le Serbe Sasa Cirovic, 29 ans, vainqueur du tournoi des Balkans 2005. Un match entre deux titans de la boxe française. Avant que les crochets du droit et les uppercuts pleuvent sur le ring, des concerts et des ateliers seront organisés pour faire monter la pression chez les spectateurs. A l’affiche, un défilé de mode de Glam Ethnik, le rappeur Stoomy Bugsy, l’humoriste Yacine Belatar, le groupe Malaikas, que du beau monde venu soutenir le tenant du titre. A l’origine de cet événement, Enoch Effah, en chair et en muscles, qui a voulu faire connaître son sport aux médias et au grand public. Dans un entretien accordé à Afrik.com, le boxeur nous parle du match et de ses espoirs concernant sa discipline.

Afrik : Comment vous sentez-vous avant le match de samedi ?

Enoch Effah :
Vous savez, j’ai fini ma préparation maintenant. Je suis un jeune champion, j’ai derrière moi quatre ans d’invincibilité. Comment je me sens maintenant ? Plutôt confiant.

Afrik : Que pensez-vous de Sasa Cirovic, votre adversaire ?

Enoch Effah :
C’est un guerrier, un vrai. Il est là pour gagner comme moi. Mais je ne lui laisserai pas pour autant mon titre. Je vais me battre.

Afrik : Pouvez-nous parler du match ? En quoi est-il particulier?

Enoch Effah :
Je remets mon titre de champion du monde sur le tapis, c’est vrai. Mais c’est le jeu. Ce championnat va être médiatisé, il y aura des célébrités, beaucoup de journalistes. J’ai vraiment envie que ça se passe bien. En plus, je suis très content de représenter la France dans ce combat. J’ai eu un parcours difficile, semé d’obstacles, j’aimerai savourer ma deuxième victoire devant les médias. En plus, il y aura la communauté ghanéenne. C’est important pour moi qu’elle me soutienne.

Afrik : C’est vous qui avez organisé ce championnat. Pourquoi ?

Enoch Effah :
La boxe française n’est pas reconnue et elle est peu médiatisée. J’avais envie qu’on s’intéresse plus à ce sport. J’ai co-organisé ce match. La fédération française de boxe française délègue ce genre d’événements à des organisations, c’est pour ça que je me suis lancé dans cette aventure. Il faut bien que quelqu’un le fasse. Je veux toucher un public large et casser les langues à ceux qui pensent que la boxe ne peut pas intéresser.

Afrik : A propos de l’organisation, quels événements seront proposés au cours de la soirée ?

Enoch Elfah :
Des ateliers encadrés par des champions de boxe française, de judo, de karaté…seront proposés dès le début de l’après midi au public. Après, il y aura des démonstrations de sports de combat, des concerts avec le rappeur Stoomy Bugsy, un stand-up…, et pour finir le championnat du monde. Tout le monde peut participer aux activités et regarder le combat, l’entrée est libre.

Afrik : Ce n’est pas trop dur de devoir combattre et en même temps d’organiser le match ?

Enoch Effah :
Tout est dur, maintenant on a été jusqu’au bout, donc si ça marche, c’est tant mieux. C’est vrai que si je gagne, ce sera la consécration, le jackpot ! De plus, je suis un boxeur militant et engagé, je suis investi dans ce milieu. J’aimerais que l’on voit le personnage derrière l’athlète.

Championnat du monde de boxe française poids lourds, samedi 17 novembre, Hall Georges Carpentier, 81 boulevard Masséna 75013 Paris.
Renseignements : 01 45 83 44 36

Lire aussi :

 Enoch Effah ou la force d’un champion

 Enoch Effah quatre fois champion de France !