En RDC, le M23 accule l’armée au Nord-Kivu

Le M23 sème la terreur dans le Nord-Kivu
Des rebelles du M23

Les affrontements opposant l’armée aux rebelles du M23 se poursuivent, ce samedi 29 octobre, au Nord-Kivu. Le M23 a revendiqué la prise du poste de Kitagoma, à la frontière entre la RDC et l’Ouganda.

Le M23, mouvement rebelle qui aurait le soutien du Rwanda, a annoncé, vendredi, la prise du poste frontalier de Kitagoma. Mercredi, l’armée avait cependant visé les positions du M23 dans la région de Rangira-Ntamugenga. Seulement, la réplique n’a pas attendu. En effet, selon un porte-parole militaire du M23, les rebelles ont mis la main sur la localité. « Aujourd’hui nous sommes le vendredi, nous avons récupéré le poste frontalier de Kitagoma, pour assurer la défense de notre ligne », a confié Willy Ngoma à RFI

« Nous avons commencé la bataille très tôt le matin et ils n’ont pas pu tenir devant notre puissance de feu… Ils n’ont pas cette capacité, ils ont pris la poudre d’escampette », a poursuivi le porte-parole militaire du M23. Toutefois, le responsable n’a pas manqué de préciser : « nous voulons le dialogue, nous sommes prêts pour le dialogue. Nous ne sommes pas des va-t-en-guerre, ce sont eux qui nous imposent la guerre ».

Au Nord-Kivu, la population panique

Notons que les combats entre les FARDC et le M23 s’intensifient vers Kiwanja, dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu. D’ailleurs, des sources font état de détonations d’armes lourdes et légères entendues ce samedi matin. Ce, après que les combattants du M23 ont pris pour cible le camp militaire de Nyongera, localité située sur l’axe Kiwanja-Ishasha. Et depuis 8 heures locales, ce matin, les populations annoncent des tirs nourris dans les environs de Nyongera.

Lire : Le M23 reprend les armes après l’accord entre la RDC et le Rwanda

Selon certaines sources, l’intensité des combats a diminué en fin de matinée. Seulement, des tirs sporadiques sont entendus autour de Kiwanja. Ce samedi matin, les éléments FARDC ont été aperçus en train de se replier vers le Nord de Kiwanja. Un retrait qui a contraint plusieurs habitants à fuir la cité. Si certains sont restés enfermés chez eux, d’autres ont préféré trouver refuge au alentours de la base de la MONUSCO.