Eléctions législatives en Algérie : le taux de participation est de 42,90%

Le taux de participation aux élections législatives algériennes de ce jeudi 10 mai est en hausse par rapport aux 35,67% de 2007. Selon les dernières statistiques du ministère de l’Intérieur, près de 43% des inscrits sont allés voter. Par ailleurs, une dizaine d’incidents ont été signalés au long de la journée.

Malgré les nombreux efforts du pouvoir pour encourager les Algériens à aller voter, les élections législatives du 10 mai ont été boudées par plus de la majorité des Algériens inscrits sur les listes électorales. Certes, l’abstention est en net repli par rapport aux 64% de 2007. Mais avec 42,9% de participation, le score n’atteint pas encore les 45% de participation attendus par Abdelaziz Belkhadem, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN).

L’armée et les forces de l’ordre au rendez-vous

Les militaires et les policiers ont, quant à eux, voté en masse ce jeudi.
D’après Algérie Express, ils auraient reçu l’ordre de donner leur voix au parti du FLN. Abdelaziz Belkhadem est d’ailleurs persuadé que son parti sortira vainqueur de ces élections. En tout cas, les centaines de milliers de voix de l’armée et de la police permettront probablement de grossir le score du FLN.

Ces élections législatives auront été marquées par une série d’incidents, dont la première est intervenue dans la soirée du mercredi 9 mai. Une attaque terroriste a été perpétrée par un groupe armé dans le centre de vote de la commune d’Ath Mansour. Un accrochage, de plus d’une heure, entre le groupe terroriste et la garde communale s’en est suivi. Ce jeudi, aux alentours de 16h, des affrontements ont eu lieu dans la commune de Saharidj, à Bouira entre des manifestants et les forces de l’ordre. Les manifestants ont fait usage de cocktails molotov, blessant ainsi deux policiers.

Des irrégularités dans les votes ?

Par ailleurs, le Front des forces socialistes (FFS) ont signalés des irrégularités dans les bureaux de vote d’El Khawarizmi, d’Ahmed Bounoua Abdelkader et de Bartali. Selon le représentant FFS de la commission de wilaya de contrôle des élections législatives, « la plupart des urnes dans les bureaux de vote n’étaient pas scellées en violation de la loi ». Il a également affirmé que des bulletins de vote FFS avaient disparus du bureau d’El Khawarizmi. Dans un communiqué rendu public ce jeudi, le parti dénonce « la désorganisation inacceptable observée au niveau de nombreux centres et bureaux de vote ». Quant à d’autres partis, ils ont dénoncé des tentatives de soudoiement orchestrés par certains candidats. De nombreux autres cas similaires ont été signalés.

Les résultats définitifs de ces élections seront connus vendredi au cours d’une conférence de presse du ministère de l’Intérieur. Les partis islamistes, à l’exemple de la Tunisie, de l’Egypte et du Maroc, espèrent, eux, devenir la première force politique de l’Algérie.

Lire aussi :

 Les Algériens élisent leurs députés