Elections en Guinée : Sydia Touré contre-attaque

Les partisans de Sydia Touré étaient nombreux, lundi, à Conakry pour protester contre la fraude électorale présumée du scrutin du 27 juin dernier. Le gouvernement guinéen, qui avait interdit de son côté cette manifestation, a envoyé les forces de sécurité pour les disperser. Arrivé troisième avec 15,60% des voix lors du premier tour des élections, le président de l’Union des forces républicaines (UFR), Sydia Touré, revendique la deuxième place d’Alpha Condé qu’il accuse d’avoir « bourré les urnes ». Il compte saisir la Cour suprême à ce sujet, ce qui pourrait retarder le deuxième tour des présidentielles prévu pour le 18 juillet.

Trois milles manifestants, en majorité des femmes, ont arpenté lundi les rues de Conakry pour protester contre les résultats du premier tour des présidentielles. Vêtues de chemises rouges, elles se sont rendues devant la commission électorale et la Cour suprême en criant « Sidya (Touré) a été triché au profit d’autres » et « on veut Sydia et Cellou (Dalein Diallo) au deuxième tour », avant d’être dispersées à coup de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre.

Le chef du gouvernement avait pourtant prévenu les partisans du candidat malheureux du premier tour des présidentielles, Sydia Touré. « Je n’accepterai pas que l’ordre public soit troublé par des gens qui contestent des choses pour lesquelles ils n’ont pas de preuve alors que la Cour suprême n’a pas encore rendu son verdict », avait annoncé, la veille, Jean-Marie Doré, à la télévision.

Alerte à la fraude électorale

Peine perdue. Les manifestants étaient présents pour soutenir Sydia Touré, le président de l’Union des forces républicaines (UFR). Arrivé 3ème lors du scrutin du 27 juin dernier avec 15,60% des voix, il revendique la deuxième place d’Alpha Condé (20,67% des suffrages). Son objectif : affronter le candidat de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) victorieux Cellou Dalein Diallo (39,72%) lors du second tour prévu le 18 juillet prochain. « Des irrégularités de toutes formes et les résultats de plusieurs bureaux de vote et circonscriptions électorales ont été manipulés en faveur du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) d’Alpha Condé », s’insurge Sydia Touré dans un communiqué. Le candidat accuse la Commission électorale nationale indépendante (CENI) d’avoir œuvré en sous-main « pour éviter de mettre en colère les deux plus grandes tendances ethniques du pays (les Peuls et les Malinkés) ».

Sydia Touré a décidé de saisir la Cour suprême et réclame l’annulation de 280 000 voix attribuées à Alpha Condé. Dans une interview accordée à Jeune Afrique, lui reproche d’avoir « bourré des urnes » dans ses fiefs de Basse-Guinée où son ethnie – Diakanké – est majoritaire. Sydia Touré devrait saisir prochainement la Cour suprême qui aura alors un délai de trois jours pour se prononcer sur la validité du premier tour.

Lire aussi :

 Guinée : Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé au 2e tour des présidentielles

 Guinée : un petit pas pour la démocratie, un grand pas pour les civils