Elections en Guinée : Alpha Condé et Cellou Diallo tiendront-ils parole ?

Les deux candidats à l’élection présidentielle du 24 octobre en Guinée, Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo, ont promis, à l’issue d’une rencontre à Conakry mardi, de respecter le verdict des urnes et évoqué la possibilité de former un gouvernement d’union. Cellou Dalein Diallo a néanmoins réitéré ses menaces de boycotter le scrutin si le président de la Commission électorale indépendante (CENI) Louceny Camara, soupçonné de favoriser son adversaire, ne quittait pas son poste.

Une poignée de main qui a fait la Une de la presse guinéenne. Les deux candidats à l’élection présidentielle du 24 octobre en Guinée, Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo, se sont rencontrés mardi à Conakry et ont évoqué la possibilité de former un gouvernement d’union. « Nous avons décidé de lancer deux messages importants à nos militants et au peuple de Guinée. Le premier message, c’est que l’élection, ce n’est pas la guerre, nous allons mener une campagne civilisée et éviter tout affrontement », a déclaré, à l’issue de la rencontre Alpha Condé, qui avait recueilli 18% des voix au premier tour le 27 juin. « Le second message, c’est que quel soit le vainqueur, il s’engage à former un gouvernement d’union nationale, afin que tous les Guinéens se donnent la main pour construire ce pays. Ensuite, nous avons décidé de garder le contact entre nous », a-t-il ajouté. « Nous nous sommes engagés à lancer un appel à nos partisans afin qu’ils fassent preuve de retenue, de responsabilité, afin d’éviter tout débordement pour que la campagne se fasse dans de bonnes conditions », a renchéri Cellou Dalein Diallo, favori du scrutin avec 43% des voix au premier tour. « Nous avons aussi abordé la gestion du pays et avons tous les deux marqué notre disponibilité et pris l’engagement d’associer, quel que soit le gagnant, celui qui aura perdu dans la gestion du pays. Nous avons aussi décidé de maintenir le dialogue entre nous », a-t-il encore assuré.

L’amitié après l’élection ?

Les déclarations de bonnes intentions des deux candidats ont été accueillies avec soulagement par la presse guinéenne. Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo ont « reconnu devant la presse avoir pris l’engagement de s’inscrire dans une dynamique de paix, de sensibilisation pour une campagne apaisée, et de dialogue entre eux pour conserver le climat de fraternité et d’amitié après l’élection », s’est réjoui le quotidien électronique Guinée News. « La décision la plus importante issue de cet entretien, aura été que l’un et l’autre accepte les résultats sortis des urnes », note pour sa part [guineeconakry.info, qui prévient toutefois qu’« il ne leur (Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo) suffit pas de proclamer de bonnes intentions. Ils doivent répercuter cette nouvelle donne au niveau de leurs états majors respectifs. Ils doivent, par les actes et les propos, garantir une campagne électorale pacifique et civilisée».

Les deux candidats se sont livré à une guéguerre sans trêve à travers la Commission électorale indépendante (CENI). La justice guinéenne examinait début octobre une plainte pour fraude, déposée par les alliés de Cellou Dalein Diallo, contre le président de la CENI Louceny Camara, concernant la disparition de 109 procès verbaux au lendemain du premier tour de la présidentielle, le 27 juillet.

Les promesses d’un second tour apaisé martelées par les deux candidats invitent à la prudence. L’entente affichée n’a pas empêché Cellou Dalein Diallo de réitérer mardi ses menaces de boycotter le scrutin si le président de la CENI, Louceny Camara, ne quittait pas son poste. Pour rappel, Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé avait déjà signé, début septembre, un « protocole d’entente pour un second tour apaisé ». Un accord qu’ils ont allègrement transgressé.